Via Francigena

Catégories
News_fr

Création de l’Association Suisse de la Via Francigena

Réunies en assemblée générale constitutive le 5 mai à Aigle, les communes
concernées par la Via Francigena – itinéraire culturel du Conseil de l’Europe traversant les cantons de Vaud et du Valais – ont décidé de fonder l’Association Suisse de la Via Francigena.

Un itinéraire culturel européen

La Via Francigena relie la ville de Canterbury en Angleterre à Rome et depuis 2019 à Santa Maria di Leuca au sud de la péninsule italienne. Ce tracé a été nommé itinéraire culturel du Conseil de l’Europe en 1994. Il traverse la Suisse en entrant par le Col de Jougne ou Sainte-Croix pour rejoindre Orbe, Cossonay, Lausanne, Vevey, Aigle, Saint-Maurice, Martigny, Orsières, Bourg-Saint-Pierre et le Col du Grand-Saint-Bernard.

Une promotion locale…

Les communes suisses traversées par la Via Francigena ont souhaité lancé une association suisse afin de promouvoir cet itinéraire sur le territoire helvétique. Son nouveau Président Gaëtan Tornay précise que “L’Association souhaite mener à bien des projets simples et concrets en créant des outils de promotion (flyers, site internet, réseaux sociaux, newsletter, etc.) mais aussi des animations comme des marches guidées. Elle veut en outre devenir un trait d’union entre les acteurs publics et privés afin de renforcer l’accueil des randonneurs qui doit être au centre de nos préoccupations”.

…coordonnée à l’échelon international

Ce travail de promotion/animation/coordination se fera en étroite collaboration avec l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena (AEVF) active depuis 2001 en Angleterre, en France, en Suisse, en Italie et au Vatican. Son Président Massimo Tedeschi salue la création de l’Association Suisse de la Via Francigena (ASVF) en ces termes: “Nous avons besoin de relais locaux pour nous aider à mieux promouvoir ce magnifique itinéraire européen dans chaque pays concerné. La création de l’ASVF est donc un beau pas en avant!

Source : Communiqué de presse Association suisse de la Via Francigena

Catégories
News_fr

Via Francigena, GR® 145, une synergie !

Au travers de deux dénominations, un message fort pour faire vivre un itinéraire emblématique.

Depuis Canterbury au Royaume Uni, à Santa Maria di Leuca dans le sud de l’Italie, sur les pas de l’évêque Sigéric.

Le GR® 145, pour sa partie en France, qui démarre de Calais pour rejoindre la frontière suisse après un périple de plus de 700 km, support de la Via Francigena.

C’est là, dans le nord de la France, qu’a commencé une collaboration lorsque la FFRandonnée a été sollicitée par l’AEVF pour créer un GR® (portant le N° 145) pour valoriser cet itinéraire culturel et en faciliter le cheminement jusqu’en Suisse.

Mais qui est la Fédération Française de Randonnée Pédestre ? Et quel est son rôle au sein de la France et ses territoires ?

Sans refaire son historique, rappelons simplement que la FFRandonnée a vu à son origine en 1947, quelques passionnés d’itinérance pédestre et de découverte des richesses naturelles de la France, ont créé les premiers itinéraires GR® (GR® 1, GR® 2, GR®3, GR®4, etc. ) pour arriver aujourd’hui à près de 350 GR® de longueurs inégales, pour un kilométrage d’environ 120 000 kilomètres. Depuis toutes ces années, la FFRandonnée a développé au travers de ses comités un savoir-faire maintenant reconnu.

Ce savoir-faire concerne la conception et l’évolution des GR® et leurs tracés critères, le travail sur le terrain avec le balisage initial et sa maintenance, sans oublier la numérisation avec les enrichissements qui permettent de maintenir à jour les données partagées les cartes IGN, les systèmes d’information géographique ou certaines applications mobiles.

La FFRandonnée a, récemment, revisité et réaffirmé avec force ses grandes orientations dans un plan fédéral moderne 2021 2028 et il est important de partager ici son ambition :

  •  Faire de la FFRandonnée un acteur majeur des Sports de nature
    • Développer le stade
    • La FFRandonnée au cœur des sports de nature
    • Stratégies ambitieuses de politiques d’alliances et de partenariats
  • La culture d’un esprit fédéral partagé au service d’une animation territoriale,
    • Faire du club un échelon moteur et innovant,
    • S’adapter aux pratiques individuelles,
    • Encourager un fonctionnement associatif partagé avec les différents échelons fédéraux
    • Développer la formation comme un outil de structuration
  • Faire de la FFRandonnée un acteur social majeur répondant de manière créative à une demande de pratique évolutive
    • Mieux connaître les évolutions de la demande sociale de pratique
       et renouveler l’offre fédérale (et interfédérale) pour tous
    • Réaffirmer le positionnement de la FFRandonnée sur les grands sujets de société

La collaboration entre nos deux structures était naturelle. Depuis 2021 une convention nous lie pour coordonner nos actions.  Une équipe de randonneurs a participé pour partie à la grande itinérance Road to Rome 2021 mise en place pour les Vingt Ans de l’Association Européenne de la Via Francigena et des liens se sont créés qui marque un tournant dans nos approches terrain, confirmés par des participations croisées à nos assemblées générales respectives.

Un beau programme de collaboration en perspective au plus près de tous nos comités départementaux et au bénéfice des randonneurs !

Claudie Grossard, Présidente de la Commission Nationale Sentiers et Itinéraires

Jean-Claude Marie, Vice-Président de la FFRandonnée

Catégories
News_fr

Via Francigena en Italie du Sud : le nouveau guide de Terre di Mezzo

Le guide consacré à la Via Francigena en Italie du Sud est désormais en vente dans toutes les librairies italiennes, ainsi que sur le site officiel de l’éditeur Terre di Mezzo.

Le guide a été présenté et vendu en avant-première au salon Fa’ la cosa giusta ! 2022, à la FieraMilanoCity, où l’EAVF a participé du 29 avril au 1er mai 2022 : le salon, qui en est à sa dix-huitième édition, consacre son attention aux modes de vie durables et aux choix de consommation critiques et conscients, avec une section entière spécifiquement axée sur les grands itinéraires pédestres d’Italie.

Angelofabio Attolico, représentant de l’AEVF pour le tronçon de la Via Francigena au sud de Rome et l’un des auteurs du guide, a présenté le guide au public dans le hall, en compagnie de Gianfranco Lopane, conseiller au tourisme de la Région des Pouilles, Roberto Battista, de l’Agence du tourisme de la Région de Lazio, Rosanna Romano et Felice Casucci de la Région de Campanie, et du président de l’AEVF, Massimo Tedeschi. La présentation a été animée par Andrea Mattei, journaliste du journal national Gazzetta dello Sport.

Il s’agit du premier guide imprimé consacré aux 930 km du tronçon de la Via Francigena qui relie Rome au Finis Terrae des Pouilles, Santa Maria di Leuca, en traversant des territoires du Latium, de la Campanie, de la Basilicate et de toute la longueur des Pouilles. Partant du parc de l’Appia Antica, le parcours se poursuit vers Terracina, Gaeta, Sessa Aurunca et Benevento, point de jonction stratégique entre la Via Appia et la Via Traiana.

À l’approche de la section des Pouilles, le pèlerin peut emprunter différents chemins : il peut suivre la route de Matera, arriver à Monte Sant’Angelo sur la péninsule de Gargano et emprunter le sentier côtier qui le relie à Bari, se diriger vers Brindisi, pour atteindre les ports qui relient l’Italie à la Terre Sainte et, de là, continuer à marcher jusqu’à Jérusalem. Il peut également poursuivre son voyage le long de la côte en direction de Salento pour arriver à Santa Maria di Leuca, à la fin du « talon italien », là où les mers Adriatique et Ionienne se rencontrent.  

Pour chaque étape, le guide présente une carte détaillée, l’altimétrie, les points où faire le plein d’eau, des indications sur le revêtement du chemin sur lequel on marche (terre ou asphalte), des informations sur les endroits où dormir et les visites à faire, etc. On y trouve également des suggestions de petites excursions et les informations essentielles sur la route Bradanica qui mène à Matera.   

Le guide n’est actuellement disponible qu’en italien et est axé sur les randonnées pédestres, bien que la plupart des itinéraires, tels qu’ils sont décrits dans le guide, puissent également être parcourus à vélo. 

Cliquez ici pour en savoir plus sur le nouveau guide ou pour en acheter un exemplaire

Catégories
News_fr

La Région du Latium et l’AEVF s’unissent sur (et pour) la Via Francigena

Nous sommes heureux d’annoncer qu’à partir d’aujourd’hui, la Region du Latium collabore officiellement avec notre association. Ensemble, nous souhaitons améliorer la qualité des étapes de la Via Francigena qui traversent ce territoire.

Le section de la Via Francigena dans le Latium est, en effet, particulièrement importante pour le développement de l’itinéraire : non seulement parce qu’elle accompagne les pèlerins jusqu’à leur destination – Rome, la Cité du Vatican – mais aussi parce que de là, le chemin les conduit à Santa Maria di Leuca, le Finis Terrae italien de l’itinéraire. Le Latium est donc le pont, le carrefour, le point de rencontre entre la Via Francigena de Sigéric et la Via Francigena de l’Italie du Sud.

Tappa Capranica - Campagnano di Roma
Capranica – Campagnano di Roma

La Via compte 21 étapes à pied dans le Latium, 10 au nord – à partir de Proceno, la frontière toscane – et 11 au sud de Rome, le long de l’ancienne Via Appia, menant à Minturno et à la frontière de la Campanie. Traverser le territoire du Latium permet d’explorer une variété infinie de paysages, d’histoires et d’époques, de voyager parmi des panoramas qui font le pont entre la mer et la terre, les traditions locales et les spécialités gastronomiques traditionnelles.

Visitez le site officiel pour découvrir la région du Latium

Le Latium mérite donc le privilège (et la responsabilité !) d’être l’une des régions les plus longues à traverser. C’est un défi que nous avons décidé de relever avec la Région du Latium, en partenariat : en unissant nos forces, nous pourrons offrir aux pèlerins un parcours sûr où l’accessibilité, la signalisation et les points de ravitaillement pourront rendre l’expérience de l’itinéraire unique, que ce soit à pied, à vélo ou à cheval.

Tappa Cori - Sezze
Cori – Sezze

Nous vous tiendrons périodiquement au courant de cette importante collaboration. Si vous avez des sujets que vous souhaitez partager avec nous concernant la Via Francigena dans le Latium, n’hésitez pas à nous contacter : l’opinion de nos pèlerins est d’une importance essentielle pour offrir un itinéraire toujours plus agréable, une étape à la fois.

Catégories
News_fr

L’AEVF repart à Canterbury

L’Assemblée Générale de l’Association européenne des chemins de la Via Francigena a eu lieu à Canterbury, lieu symbolique de la Via Francigena.

Pour la première fois dans l’histoire de l’AEVF, après 21 ans d’activité, l’assemblée générale a eu lieu dans la ville de Canterbury, qui est membre depuis 2005. C’est ici, l’année suivante, qu’a été dévoilée la pierre marquant le km zéro de la route européenne de la mer du Nord à Rome, jusqu’aux rives de la Méditerranée.

Le 27 avril, l’assemblée de l’AEVF s’est tenue dans la cathedral lodge, devant la cathédrale et la pierre symbolique du km zéro. Ben Fitter-Harding, City Leader au conseil municipal de Canterbury, a accueilli avec émotion tous les participants venus des quatre pays de la Via Francigena : Angleterre, France, Suisse et Italie.

Avant le début de la réunion, le président Massimo Tedeschi a rappelé la période difficile pour l’Ukraine et l’Europe :

« La Via Francigena est en effet un « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » et fait donc partie du programme lancé en 1987 à Saint-Jacques-de-Compostelle. C’était deux ans avant des événements historiques importants : la chute du mur de Berlin et l’effondrement du communisme. Le programme est né en cohérence avec les principes et les valeurs du Conseil de l’Europe, fondé – comme on le sait – le 5 mai 1949 avec le Traité de Londres, pour promouvoir, dans l’immédiat après-guerre, les principes de la démocratie, du respect des droits de l’homme, du dialogue interculturel et de la tolérance.

Le Royaume-Uni, la France et l’Italie ont été les fondateurs du Conseil de l’Europe avec sept autres États européens. La Suisse a adhéré en 1963 et l’État du Vatican, où se trouve le tombeau de Pierre, a le statut d' »observateur permanent ». Cela signifie que tous les États traversés par la Via Francigena font partie du Conseil de l’Europe. C’est un fait qu’il faut rappeler et que nous apprécions beaucoup. La Via Francigena unit les peuples ».

Des points importants ont été abordés à l’ordre du jour de l’assemblée : le budget financier pour 2021, qui comprend le budget de la fantastique manifestation qui s’est tenue du 16 juin au 18 octobre 2021  » Via Francigena. Road to Rome 2021. Start again ! » ; le renouvellement du Conseil d’Administration pour la période triennale 2022-2025 ; la candidature à l’UNESCO de la Via Francigena et les projets de coopération internationale comme rurAllure, projet d’Horizon 2020.

À travers la présentation du docufilm « Road to Rome », nous avons vécu, une fois de plus, les grandes émotions de ce long voyage à travers l’Europe qui a relié 658 communes. Une vidéo de 20 minutes rassemblant les visages et les interviews de l’événement. En plus de ce docufilm, 16 vidéos régionales, 1 000 photos haute résolution et 55 réels ont été mises à la disposition des membres.

Les membres ont confirmé la fonction de Massimo Tedeschi comme président de l’AEVF pour les trois prochaines années. Cette confirmation a été votée et applaudie à l’unanimité par tous les membres. Ont également été confirmés les vice-présidents Martine Gautheron (France), Gaëtan Tornay (Suisse), Francesco Gazzetti (Italie), Aldo Patruno (Italie) et Francesco Ferrari (Italie), en tant que vice-présidents adjoints. La liste des vice-présidents comprend désormais également Tricia Marshall (Angleterre), Natacha Bouchart (France) et Silvio Marino (Latium).

Le renouvellement des bureaux a vu une confirmation substantielle du Conseil d’Administration sortant avec quelques nouvelles entrées. Provinces et départements : Haute-Marne (Grand-Est), Communauté d’Agglomération Grand Besançon (Doubs, BFC), Unione Montana Valle Susa (Piemonte), Lodi (Lombardia), Pavia (Lombardie), Communauté d’Agglomération de Béthune-Bruay-Artois-Lys-Romane (Pas-de-Calais, Hauts-de-France). Communes : Orbe (Vaud), Aoste (Val d’Aoste), Ivrea (Piémont), Pavie (Lombardie), Medesano (Émilie-Romagne), Santo Stefano Magra (Ligurie), Pontremoli (Toscane), Altopascio (Toscane), Monteriggioni (Toscana), Gambassi Terme (Toscana), Montefiascone (Lazio), Acquapendente (Lazio), Donnement (Grand Est), Wisques (Hauts-de-France), Fasano (Brindisi, Puglia). Les régions membres et les communes de Canterbury et Rome sont également membres de droit, ainsi que les communes de Champlitte, Fidenza et Piacenza, qui accueillent les bureaux.

Quant aux associations, la Confraternity of Pilgrims to Rome (Angleterre), la Fédération Française Randonnée (France) et le Gruppo dei Dodici (Lazio, Italie) sont membres du Bureau exécutif.

La journée qui a suivi l’assemblée générale a été consacrée à la découverte et à la reconnaissance du tronçon anglais de la Via Francigena. Des administrateurs, des bénévoles et le groupe de l’AEVF se sont rendus sur place, sous la conduite de Giancarlo Laurenzi de la Confraternité des Pèlerins de Rome et de Peter Morris de North Downs Way, responsable de l’entretien de l’itinéraire.

La signalisation est en excellent état, avec des balises, des panneaux de sentier et des panneaux d’information touristique. Le long de l’itinéraire, on trouve des installations d’art contemporain entre Bekesbourne et Shepherdswell. Le projet a été financé dans le cadre du programme Interreg Europe « Green Pilgrimage », qui a fourni des ressources importantes pour le relookage de la promenade. Une excellente nouvelle pour tous les randonneurs qui emprunteront ce chemin.

Catégories
News_fr

Le bâton du Road to Rome, symbole de la paix, revient à Canterbury au km zéro

À l’occasion de l’assemblée générale de l’AEVF, le 26 avril à 17 heures, dans la cathédrale de Canterbury, aura lieu une cérémonie évocatrice pour bénir le bâton « Via Francigena. Road to Rome », qui, en 2021, a parcouru 3200 km sur l’ensemble du parcours.

Le bourdon « Via Francigena.Road to Rome » est de retour au km zéro après presque un an, à la majestueuse Cathédrale de Canterbury, point de départ de la Via Francigena. Le bourdon était le symbole absolu de la longue marche qui, du 15 juin au 18 octobre 2021, a traversé l’Europe du nord au sud pendant quatre mois à l’occasion du 20e anniversaire de l’AEVF. Un voyage plein d’émotions, de rencontres, d’imprévus, de moments extraordinaires et difficiles, de joie et de larmes. En cette année des Jeux olympiques de 2021, le bâton était aussi métaphoriquement un important symbole de dialogue entre 658 municipalités et 4 pays, porté fermement dans les mains des pèlerins en chemin comme s’il s’agissait d’une torche olympique.

L’histoire de ce bâton de noisetier est belle. L’idée d’en faire un symbole de l’initiative du “Road to de Rome” est venue de Giancarlo Laurenzi, pèlerin et président de la Confrérie des pèlerins de Rome, basée à Londres. D’où vient cet objet ? Il a été fabriqué par Michael Walsh près de l’abbaye de Holycross, à Tipperary, en Irlande. Le bâton a été séché, nettoyé et préparé pour le long voyage avec plus de 10 couches d’huile de lin bouillie. La décoration ultérieure du bâton, avec l’icône reconnaissable du symbole du pèlerin de la Via Francigena, a été gravée par l’artiste londonienne Julie Helen Sharp, et la poignée en corde du manche a été préparée par l’artisan spécialisé Declan O Shea.

Le bâton, béni avant le départ de la « Road to Rome » par le frère Celsus Tierney, est parti le 15 juin du kilomètre zéro à Canterbury, devant la cathédrale, pour parcourir la distance jusqu’à Douvres en compagnie de passionnés, de pèlerins et de représentants de la Confraternité des pèlerins de Rome et du Kent County Council, qui l’ont livré le 17 juin au matin au port de Douvres entre les mains du capitaine Nick Jones (compagnie P&O). C’est lui qui l’a transporté sur le bateau jusqu’à Calais, sur la rive française de l’autre côté de la Manche. Le président de l’AEVF, Massimo Tedeschi, le délégué municipal de Calais, Dominique Darré, le directeur de l’AEVF, Luca Bruschi, et la responsable des médias sociaux de l’événement, Myra Stals, ont accueilli le témoin au port. Ce fut un moment particulièrement émouvant.

C’est ainsi qu’a débuté le voyage continental du bourdon, qui est passé entre les mains des différents représentants des institutions et des associations, ainsi que des pèlerins qui ont accompagné le groupe du Chemin de Rome pendant ce voyage de quatre mois. Un voyage épique, raconté avec des photos, des vidéos et un carnet de voyage qui met l’accent sur les gens et les communautés locales.

Six mois après l’arrivée passionnante à Santa Maria di Leuca, dans les Pouilles, le bourdon revient à Canterbury où une cérémonie est prévue le mardi 26 avril à la cathédrale. À cette occasion, le bourdon sera béni par le Révérend Robert Willis en présence de représentants de l’Association Européenne de la Vie Francigena, de la ville de Canterbury et de la Confrérie des Pèlerins de Rome. C’est un moment émouvant et symbolique qui lie fortement le parcours de la route de Rome à la rencontre des peuples et qui envoie un message fort de paix à un moment délicat de l’histoire, avec la guerre en cours en Ukraine, aux portes de l’Europe. Le bourdon de la Via Francigena veut devenir un symbole de paix et d’espoir.

Après l’assemblée de l’AEVF le 27 avril à Canterbury, le bourdon retournera en Italie, à Fidenza (où se trouve le siège de l’AEVF), dont la position géographique est parfaitement au milieu de tout le parcours européen. En plus d’être un beau rappel de la marche vers Rome, le bâton restera un symbole d’unité entre les peuples. Et elle continuera à accueillir des pèlerins du monde entier.

Catégories
News_fr

Les souvenirs parfaits pour la Via Francigena ? Découvrez-les avec Artio Design

Chaque pèlerin a sa propre amulette. Certains l’apportent de chez eux, d’autres la trouvent en chemin. Il peut s’agir d’un objet à valeur symbolique, d’un porte-bonheur, d’un souvenir ou d’une mascotte qui nous accompagne. Ce qui compte vraiment, c’est le sens qui lui sera associé à jamais, ainsi qu’à l’expérience du voyage.

Cet univers de souvenirs et d’évocations est le point de départ du travail de Mirko et Silvia, artisans, architectes et pèlerins passionnés, qui se consacrent à la création de souvenirs personnalisés, principalement en bois ou en céramique, dédiés aux pèlerins qui parcourent la Via Francigena.

Ensemble, ils ont fondé l’atelier Artio Design à Aoste, qui deviendra le designer officiel de la Via Francigena en 2020, proposant des objets réalisés avec des matériaux naturels que vous pourrez transporter pendant votre pèlerinage. Bouteilles d’eau, porte-clés et épingles en bois à accrocher à votre sac à dos, bracelets en cuir, colliers en céramique ou en pierre, et bien plus encore : Artio Design produit également des tampons et des autocollants sur mesure, ainsi que des formes et des signes dans le style d’une « boutique médiévale » qui rendent reconnaissables les lieux où vous pouvez recevoir un tampon sur votre crédenciale. Chaque produit peut être personnalisé à 100 % avec des détails, des textes et des images qui le rendent unique en son genre, tout comme l’expérience de chaque personne sur son chemin. Nous sommes ravis de renouveler notre collaboration avec cette importante entreprise pour 2022 !

« Notre objectif est de fournir aux pèlerins un produit adapté à leurs besoins de légèreté, de compacité et de reconnaissance, et de proposer aux commerçants des articles exclusifs qui les identifieront et les valoriseront sur le Chemin« , peut-on lire sur le site officiel.

Cliquez ici pour consulter le catalogue des produits dédiés à la Via Francigena

Catégories
News_fr

Plantation d’un rosier Via Francigena avec les élèves de l’école de Champlitte

Vendredi 25 mars 2022, les enfants de CM1 de l’école de Champlitte accompagné de leur maîtresse et de Vanessa du service espaces verts de la commune se sont rendus à côté de la fontaine de la douaye à Champlitte pour la plantation du rosier « Via Francigena ». Il s’agit du nom d’une variété de roses qui a été créé sur commande par la ville de Calais afin de mettre à l’honneur l’itinéraire culturel de la Via Francigena, qui démarre à Canterbury pour aller à Rome et traverse l’Angleterre, la France, la Suisse et l’Italie. Il traverse la Haute-Saône en passant à Champlitte, Dampierre-sur-Salon, Bucey-lès-Gy pour continuer ensuite dans le Doubs en passant par Besançon. Les élèves ont été reçus par le Maire, Patrice Colinet, la première adjointe, Martine Gautheron et le chargé de mission pour le développement de la Via Francigena en France et Suisse, Jacques Chevin. Après quelques explications sur l’itinéraire, les élèves ont planté et arrosé le rosier. Ils se sont ensuite mis en cercle autour du rosier et l’ont encouragé pour qu’il pousse vite. Dans quelques mois nous pourrons admirer les premières fleurs qui s’ouvriront pour accueillir les randonneurs qui parcourent la Via Francigena.

Catégories
News_fr

UNESCO: le Maire de Calais écrit au Président Macron. La candidature de la Francigena revient sur le devant de la scène

La longue marche « Via Francigena ». Road to Rome 2021. Start again ! », qui a eu lieu à l’été 2021 pour célébrer les 20 ans de l’AEVF, a donné un nouvel élan à la candidature de la Via Francigena au patrimoine mondial.

Une bonne nouvelle qui témoigne que la reprise de la démarche UNESCO est enfin arrivée de France. La lettre de la maire de Calais, Natacha Bouchart, au président de la République française, Emmanuel Macron, est d’une grande importance.

La Via Francigena est un « itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » depuis 1994, c’est-à-dire qu’elle fait partie du prestigieux réseau d’itinéraires créé en 1987 à Saint-Jacques-de-Compostelle par le Conseil de l’Europe. Après cette reconnaissance, le réseau Via Francigena s’est fixé en 2015 un deuxième objectif important : l‘inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le point de départ a été la réunion du 15 juin 2015 convoquée par les communes de Fidenza et Monteriggioni à laquelle ont participé de nombreux représentants des communes et des régions ainsi que du ministère italien de la Culture. Par la suite, les Régions italiennes, coordonnées par la Région Toscane, ont signé un important accord de collaboration le 4 mars 2017 à San Miniato, qui a conduit à la rédaction, en 2017, de l’analyse préliminaire de la candidature à l’UNESCO du tronçon italien de la Via Francigena et, en 2019, de l’étude thématique de l’ensemble de l’itinéraire européen, de Canterbury à Rome. L’AEVF a coordonné l’ensemble du travail technico-scientifique sur les deux documents, qui répertorient les 540 biens candidats le long du parcours de 2000 kilomètres, conformément aux critères numéro 2, 4 et 6 du règlement de l’UNESCO.

Quatre événements importants ont eu lieu en 2021:

– À l’occasion de la marche  » Road to Rome 2021  » du 15 juin au 18 octobre 2021, le thème de l’UNESCO a été systématiquement mentionné dans toutes les rencontres avec les institutions et associations locales. Les parlementaires et les autorités locales se sont mobilisés le long du tronçon français. En particulier, le 14 juin, le conseil du syndicat des communes de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane (département du Pas-de-Calais ; région Hauts-de-France) et les conseils municipaux des vingt communes du syndicat traversées par la Via Francigena ont voté à l’unanimité une motion de soutien à la candidature envoyée à la ministre française de la Culture Roselyne Bachelot. Le 10 février 2021, le ministre et le directeur général du patrimoine et de l’architecture du ministère ont répondu à tous les courriers reçus, assurant que le dossier était en cours d’examen par leurs services.

– Le 25 février 2021, le Conseil de la Région Toscane a approuvé à l’unanimité une résolution du Conseil engageant la Région à promouvoir la candidature à l’UNESCO en collaboration avec les Régions italiennes et l’AEVF.

– Par le décret n° 749 du 29 septembre, le ministère italien de la Culture a formellement inclus dans le plan de développement et de cohésion « Stralcio Cultura e Turismo CIPE (FSC 2014-2020 ex delibera 3/2016) une allocation de 1,1 million d’euros pour le dossier de candidature à l’UNESCO du tronçon italien de la Via Francigena.

La démarche a ensuite été reprise et la Région Toscane, en collaboration avec l’AEVF, afin d’organiser une réunion à Florence dans les prochaines semaines pour faire le point sur la situation et demander la reprise de la concertation entre les Ministères compétents du Royaume-Uni, de la France, de la Suisse, de l’Italie et du Saint-Siège.

Natacha Bouchart

Entre-temps, l’AEVF a poursuivi ses activités en organisant cinq réunions avec les administrations locales sur la section française de la Via Francigena : Calais et Béthune (2 février), Bruay-la-Buissière (3 février), Bar-sur-Aube (3 mars), Wisques (4 mars). Natacha Bouchart, maire de Calais et vice-présidente de la Région Hauts-de-France, a pleinement partagé l’objectif commun et donné une impulsion politique forte en impliquant directement le Président de la République, Emmanuel Macron, à qui elle a adressé le dossier préliminaire de candidature en demandant le plein soutien du gouvernement français.

« Depuis la grande marche de l’année dernière Road to Rome 2021, j’ai constaté un regain d’intérêt généralisé pour la candidature de la Via Francigena à l’UNESCO. La rencontre avec la maire Natacha Bouchart et l’intérêt du Président de la République française sont une étape très significative. Aujourd’hui, nous pouvons dire que l’objectif de présenter la proposition de candidature en même temps que le Jubilé 2025 semble réaliste. La Via Francigena est un patrimoine européen précieux et l’inscription à l’UNESCO le mettrait encore plus en valeur en associant institutions publiques, particuliers, associations et bénévoles. Nous voulons mettre les valeurs et la valeur culturelle matérielle et immatérielle de ce grand itinéraire européen au centre du projet », a déclaré Massimo Tedeschi, président de l’AEVF.

Catégories
News_fr

Trenord pour l’AEVF : le voyage lent à pied et en train

Prendre le temps, le plaisir du voyage, la possibilité de profiter de l’instant sans se précipiter à l’arrivée : telle est l’essence du slow tourisme. Certains se déplacent à pied, d’autres à vélo, d’autres à cheval… et d’autres encore en train.

Sans aucun doute, le train doit lui aussi être considéré comme une option de mobilité lente et durable. Lent non pas parce qu’il parcourt un petit nombre de kilomètres à l’heure, mais parce qu’il permet de s’asseoir, de se détendre et de profiter de la vue depuis la fenêtre. Lent parce qu’à bord du train, il n’est pas nécessaire de se préoccuper de la circulation ou du stationnement – nous pouvons simplement nous abandonner au voyage, en attendant d’atteindre notre destination.

Pensez à ces moments où vous regardez par la fenêtre du train et rêvassez – c’est là que la magie commence : dans le train, nous ne nous déplaçons pas seulement physiquement, mais nous vivons un véritable voyage expérientiel avec et pour nous-mêmes – parfois seuls, parfois avec les personnes que nous aimons, parfois avec les nouvelles personnes que nous rencontrons dans le wagon.

Tappa Mortara - Pavia

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, l’Association européenne des chemins de la Via Francigena estime que le train est un moyen idéal pour se rapprocher de la Via Francigena, en rejoignant notre point de départ pour couvrir une partie de l’itinéraire, profiter d’une promenade quotidienne, ou même prendre un peu de temps personnel pour vivre le paysage le long du parcours, pour ceux qui ne peuvent pas le parcourir.

C’est pourquoi Trenord, l’un des plus importants gestionnaires ferroviaires européens pour la mobilité publique localisée, qui dessert largement la Région de la Lombardie (Italie), entre dans le réseau des partenaires du AEVF.

Partner Trenord - Stazione Milano Centrale

L’association partage en effet une mission commune avec l’entreprise, liée au tourisme responsable, durable, lent, écologique et de proximité. À partir d’aujourd’hui, il est de plus en plus facile de se connecter à l’itinéraire de la Francigena en Lombardie : dans les prochains mois, nous vous donnerons toutes les informations par le biais de nos canaux de médias sociaux, en vous informant de l’amélioration des connexions ferroviaires le long de l’itinéraire – restez à l’écoute !