Via Francigena

LUCA ET ELENA EN CHEMIN: DE COSSONAY À LAUSANNE // JOUR 3

La scène

Description:

Une étape de difficulté moyenne, même si tout est légèrement en descente. Aujourd’hui en solo.

Le départ depuis le pittoresque village de Cossonay est assez facile, les premiers kilomètres se font sur des routes peu fréquentées et des sentiers. Nous traversons presque immédiatement la rivière Venoge qui sera le véritable leitmotiv de l’étape et nous accompagnera jusqu’au Lac. Nous laissons bientôt la petite ville de Penthalaz derrière nous.

Après 5 km, j’ai aperçu, près de la ville de Vufflens, un troupeau de 30 vaches légèrement hors parcours. Il fallait absolument que je m’approche pour les voir, je voulais les toucher : les vaches existent bien alors ! Nous avons promis de rester en contact et peut-être de nous revoir à Fidenza, au siège de l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena.

Après une dizaine de kilomètres, on rejoint la ville de Bussigny où nous rencontrons le panneau touristique de la Via Francigena à l’entrée de la commune. Lentement, la popularité de la Via Francigena grandit aussi en Suisse ! La sortie de la ville se trouve à côté d’une route très fréquentée, mais toujours sur des chemins de sentiers sûrs et abrités. La sécurité d’abord !

Après Bussigny, vous entrez dans un endroit magnifique, parfois féerique : on dirait la forêt du Magicien d’Oz. Vous vous attendez à rencontrer à tout moment l’homme de fer blanc, le lion lâche, en quête de courage et l’épouvantail. Mais au final je ne l’ai pas vu.

Vous entrez alors dans un autre contexte et un autre environnement, celui du lac Léman, également appelé lac de Genève. En fait, vous longez les rives de ce beau lac pendant quelques kilomètres en passant par l’église romaine de Saint-Sulpice et l’ancien port romain de Vidy. Marcher jusqu’au lac après 20 km est une récompense extraordinaire. Vous pouvez entrer dans l’eau, vous pouvez nager. Wouah !

En continuant le long du merveilleux lac, vous trouverez de belles maisons, des bistrots, des cafés et des restaurants, des plages et des parasols, des voiliers, une dolce vita et une vie nocturne qui ne vous laissera pas indifférent. Alors il vaut la peine de profiter d’un bon apéritif. Après tout, cela me semble mérité : le pèlerin ne doit pas seulement souffrir !

Lausanne est maintenant à deux pas, on peut s’y rendre sans presque s’apercevoir qu’elle longe toujours le lac et suit les panneaux jaunes « tourisme pédestre ».

Jusqu’en 1536 avec l’adoption de la Réforme, Lausanne avec sa Cathédrale dédiée à la Vierge était un lieu de pèlerinage très vénéré. Lausanne est aussi un carrefour de chemins. Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle passe également par ici.

J’ai terminé l’étape après 27 km (avec 1 km de détour volontaire) au Port d’Ouchy, tout près du Musée Olympique que je visiterai demain. Il manque seulement 2,8 km pour rejoindre l’hébergement que j’ai réservé. Mais à ce stade, je vais y aller en bus. Il faut toujours faire des compromis dans la vie.

La signalétique sur ce tronçon est bonne. J’ai seulement eu quelques doutes à une intersection mais tout s’est bien passé avec l’application smartphone. En fait, je me suis alors rendu compte que je n’avais pas vu le panneau légèrement recouvert de feuilles. Profitons maintenant de Lausanne !

Partager sur

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email