Via Francigena

Jour 42 – Col du Grand Saint Bernard – Étroubles: marcher dans un décor de carte postale

La scène

Description:

👣 14,9km à pied – Dimanche 1er août

 

Ce matin, nous avons quitté le col du Grand Saint Bernard et avons vite trouvé les premiers signes nous indiquant que nous entrions en Italie. Pendant les deux prochains mois et demi, nous parcourrons le pays – incroyable!

Nous avons commencé la journée par de nombreux adieux et de nouvelles rencontres. Après deux semaines passées ensemble, le vidéaste Andrea Ciotti, l’ambassadrice Arianna Izzi ainsi que Laura Zampetti nous ont quittés. Le directeur de l’AEVF, Luca Bruschi, est également retourné à son bureau. Nous avons accueilli Giulia Bertolazzi, qui sera notre vidéaste pour les prochaines semaines, Sergio Valzania, écrivain, journaliste et ancien directeur radio ainsi que toute sa famille, et Diego Passoni, DJ de la radio italienne Radio Deejay, qui nous a rejoint avec un groupe d’amis. La région du Val d’Aoste a organisé tout notre trajet dans la région, ce qui nous donne un grand sentiment de confort puisque tout est déjà arrangé pour les prochains jours.

Nous avons commencé notre aventure italienne ce 1er août avec un mercure à 2°C et un brouillard dense: nous ne pouvions pas voir le lac depuis le col et nous risquions de nous perdre les uns les autres si nous ne marchions pas ensemble. Nous avons descendu 1200m sur la journée et la vallée s’est rapidement éclaircie, découvrant à nos yeux le (magnifique) chemin jusqu’à Aoste. Nous nous sommes rapidement arrêtés à Saint-Rhémy-en-Bosses, le premier village que vous croisez en sortant du col. Il est tout petit et mignon. Nous y avons dégusté le jambon typiquement local au Prosciuttificio de Bosses. Tandis que nous refaisions nos forces, nous pouvions constater à quel point la Via Francigena était évidente et importante ici. Tous les lampadaires ont un petit pèlerin qui indique la Via Francigena et l’hôtel de ville à un logo indiquant que l’on peut y faire tamponner son crédential. C’est la première fois que je sens la Via Francigena si présente et vivante sur la route: ça la rend plus tangible encore et montre que la route existe bel et bien, qu’elle est là depuis longtemps et que de nombreuses personnes avant nous l’ont emprunté. Plus encore: cela signifie que les communautés locales se préoccupent d’elle et de l’accueil à réserver aux pèlerins, ce qui est une part importante du développement de l’itinéraire pour attire de nouveaux pèlerins. Une observation inspirante et un accueil chaleureux de l’Italie!

Nous avons fait un petit tour et avons déjeuné à Château Verdun; nous avons ensuite visité Étroubles, à notre arrivée. Ces deux villages avaient de magnifiques églises et quelques petits musées qui n’accueillent pas plus de 1 000 visiteurs par an et valent vraiment le coup! Ce lieu est aussi pittoresque qu’une carte postale et est incroyablement calme et authentique. J’espère sincèrement que le projet Road to Rome va aider ces trésors cachés à gagner en visibilité et à attire de nouveaux visiteurs!

 

L’ESSENTIEL

– De magnifiques vues sur le val d’Aoste

– Des logos de pèlerins de la Via Francigena sur les lampadaires de Saint-Rhémy-en-Bosses

– Des lieux dédiés aux crédentials sur le chemin

 

LES MARCHEURS DU JOUR

Myra Stals, Gestionnaire des réseaux sociaux(AEVF)

Luca Faravelli, Gestionnaire de projets (AEVF)

Giulia Bertolazzi, vidéaste

Laurette Proment (Région Valle d’Aosta)

Sergio Valzania, écrivain et journaliste (+ sa famille)

Diego Passoni, dj (Radio Deejay)

De nombreux représentants des gouvernements locaux

 

Partager sur

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email