Via Francigena

Donna con cappello seduta su albero nel bosco
Homeless, Fearless, Borderless : la vie nomade de Ciriaca+Erre

Ciriaca+Erre est un artiste italo-suisse originaire de Matera. Depuis le 22 avril 2022, Journée mondiale de la Terre, elle a commencé une vie de nomade et de pèlerin, revenant habiter la planète comme sa maison. Elle est partie à pied, sans argent, des grottes de sa ville natale, Matera, et s’est dirigée vers l’Afrique – vers la grotte où l’Homo sapiens a survécu à la période glaciaire. Elle a ainsi donné naissance à sa dernière performance, qui allie art et vie : « 2 ans, 2 semaines, 2 jours, Homeless Fearless Borderless« . Un lent voyage de prise de conscience, dans l’histoire de l’humanité.

Ciriaca a découvert sa passion pour les voyages à l’âge de 18 ans, en parcourant l’Inde. Sa pratique artistique va de la peinture à la photographie et à l’installation urbaine, de la performance à la vidéo. Il a remporté d’importants prix et a exposé dans divers musées, galeries et institutions, de l’Italie à la Suisse et jusqu’en Angleterre. Il a exposé à la Biennale de Venise, à New York, Los Angeles, Moscou et Berlin, mais a toujours essayé de sortir activement l’art des musées. Elle a réalisé plusieurs ouvrages sur les droits de l’homme et les droits des femmes pour lesquels elle a voyagé en Afrique à la recherche de villages reculés où les femmes condamnées comme sorcières sont encore isolées.

Voici notre interview avec Ciriaca+Erre :

Comment ce projet a-t-il vu le jour ?

‘Il est né pendant la pandémie en réponse à la peur qui dominait le monde et aux frontières qui devenaient de plus en plus étouffantes au point de nous exiler dans nos maisons. Elle est née pour retrouver le courage et la confiance en soi, dans les autres et dans la vie, en dépassant les frontières intimes et sociales. Il est né pour retourner habiter la planète comme notre vraie maison. Il est né dans le but de « vivre » la vie comme un voyage de prise de conscience, inspiré par le livre « Siddhartha » du prix Nobel Hermann Hesse, qui a 100 ans cette année, écrit dans le lieu même où j’ai vécu ces dernières années en Suisse.

Elle découle du désir de vivre à un rythme plus lent, par opposition à un monde qui, après la pandémie, s’est remis à accélérer comme si de rien n’était. Dans tout cela, il y a l’idée de vivre le présent au jour le jour, de lâcher prise et de simplifier.

Cette performance est née de l’évolution d’une autre performance que j’ai réalisée il y a quelques années au Museo della Permanente de Milan, où j’ai fait don de plus de 500 objets personnels, dont 80 % de mes vêtements, une mobylette, un vélo, des chaises et tout le reste. Même à l’époque, je sentais qu’un jour j’irais plus loin et que je laisserais tout tomber.

Il m’a fallu un an pour me préparer psychologiquement, plus que physiquement, à changer complètement ma vie. Bien sûr, on ne peut jamais être vraiment prêt pour un tel projet… car, comme dans la vie, on apprend au fur et à mesure. La vie est un voyage de prise de conscience’.

Quelles sont, selon vous, les valeurs ajoutées de ce voyage ?

‘Un voyage en solo est un grand acte de confiance en soi. C’est un grand défi, mais aussi une grande opportunité. C’est un voyage solitaire mais aussi un voyage de connexion avec moi-même, avec les autres et avec la nature.

Entreprendre ce voyage seule en tant que femme est très significatif pour moi, car mes recherches artistiques ont souvent abordé des thèmes liés aux droits des femmes et à leur histoire. L’une des étapes de ce voyage est également la visite de la dernière communauté matriarcale du monde, en Chine.

Voyager seul vous permet de grandir, d’avoir confiance en vous et en vos forces, d’affronter vos peurs. Il vous permet de vous ouvrir à un dialogue intérieur très précieux, ouvrant des paysages intérieurs et extérieurs qui peuvent vous surprendre. En voyageant seul, l’intuition et l’instinct s’éveillent : nous découvrons que nous sommes beaucoup plus forts que nous le pensons ou que les autres le croient. Bien sûr, il y a des moments de fatigue et de découragement, dans lesquels le compagnon de voyage qui nous apportera le soutien et la motivation nécessaires pour faire ressortir la résilience… c’est nous-mêmes.

Voyager seul est aussi un choix significatif de liberté. Mais la liberté s’accompagne d’un grand fardeau, celui de la responsabilité. Pouvoir choisir de changer, de faire des erreurs, de respecter nos propres rythmes, ce que nous mangeons, où nous allons, ce que nous voyons, quand nous nous arrêtons, donne un merveilleux sentiment de liberté. Nous sommes les auteurs de nos choix et, par conséquent, nous en assumons également la responsabilité.

Au cours de ce voyage, je ne me sens pas seule – je sens que je fais à nouveau partie d’un tout. Je dois dire que je me suis parfois sentie plus seule que cela, au milieu de nombreuses personnes ou avec les personnes que j’aime’.

Quel est votre objectif ?

‘L’objectif est d’unir la vie à l’art, de revenir à l' »être » avant le « faire », ce qui est l’une des choses les plus difficiles à notre époque qui veut nous standardiser en tant que producteurs et consommateurs. L’objectif est de ramener l’art et la culture, qui sont un patrimoine de l’humanité, dans les rues. Comme le souhaitait également la philosophe et mathématicienne Hypatie de la Grèce antique.

À travers ce projet, je recherche l’utopie et une vie plus authentique.

Je cherche de nouvelles façons de vivre en harmonie avec la nature, avec soi-même et avec les autres, en m’inspirant de la première communauté écologique et végétarienne utopique d’Europe, née en Suisse au début des années 1900, sur le Monte Verità.

L’objectif est une sorte de marche pour la paix et la planète.

Dans ce pèlerinage, je recherche l' »humanité » au sens le plus élevé du terme. N’oublions pas que ce nom, que nous nous sommes donné, condense des valeurs importantes et indispensables telles que la solidarité, l’empathie et la fraternité, que nous sommes en train de perdre de vue.

L’objectif est également de nous rappeler que nous sommes tous des migrants, comme en témoigne la découverte du gène dit du voyageur (DRD4-7R) présent chez 20% de la population. L’évolution humaine a commencé par une migration à pied depuis l’Afrique : nous sommes tous des migrants. Je tiens à vous rappeler qu’autrefois, les pèlerins et les voyageurs n’étaient pas laissés à l’abandon, mais étaient accueillis dans leur maison et recevaient un repas chaud.

J’ai commencé à marcher parce que c’est un acte qui fait partie de notre nature et de l’histoire humaine au même titre que la pensée et la parole. Il s’agit d’un acte « symbolique », à la fois révolutionnaire et pacifique. Chaque fois que nous faisons un pas en avant, nous quittons notre centre de gravité, un équilibre préétabli pour en trouver un autre. Et c’est ce que font la pensée et l’art, ils remettent en question quelque chose de préétabli’.

Quels tronçons de la Francigena avez-vous parcourus et qu’en pensez-vous ?

‘J’ai commencé mon voyage à partir des grottes de Matera, ma ville natale, qui fait partie de la Via Francigena. Hélas, j’ai dû immédiatement faire une diversion dans les Pouilles pour visiter l’une des premières communautés utopiques, où la propriété privée n’existe pas, et qui fait partie de mes recherches.

J’ai pu reprendre la Via Francigena au sud, dans les Pouilles, en passant par l’étape significative de Monte Sant’Angelo, et de là vers Rome, avec quelques détours nécessaires pour poursuivre mes recherches.

De Rome, j’ai emprunté la « Via di Francesco » : j’aurais aimé arriver en Suisse par la Via Francigena, mais j’ai dû prendre un autre itinéraire qui touchait des lieux importants pour mon projet.

C’est avec une grande joie que j’ai repris la Via Francigena depuis Vileneuve, en Suisse. J’ai repris avec une importante marche pour la paix avec un moine bouddhiste japonais qui a fait des marches dans le monde entier, qui est venu spécialement de Londres.

Je suis toujours sur la Via Francigena en direction de Canterbury. Cette route historique qui retrace les pas des anciens pèlerins me manquera cruellement lorsque je l’aurai terminée. Une route maintenue en vie aujourd’hui par ceux qui, comme moi, chérissent une façon différente, lente et écologique de voyager.

Au cours de ces itinéraires de marche, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes extraordinaires du monde entier, d’une grande profondeur humaine. Traverser ces petits villages, habités par quelques dizaines ou quelques centaines d’habitants, et trouver l’hospitalité dans des familles ou des communes sensibles à l’accueil des pèlerins est vraiment précieux. Savoir que vous retracez les pas des anciens pèlerins est passionnant’.

Partagez cet article
et suivez-nous sur nos réseaux sociaux :

Découvrez la Via

Devenez membre de notre Association

L’Association Européenne de la Via Francigena réunit les municipalités, provinces, régions et pays traversés par la Via Francigena.

APP et guides officiels

Ces outils vous aideront à trouver votre chemin le long de la Via Francigena

Devenez Partenaire

Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenaires qui partagent nos valeurs et qui veulent nous aider à promouvoir le voyage durable en Europe.

More
NEWS

evden eve nakliyat ücretleri İstanbul evden eve nakliyat İstanbul evden eve nakliyat pendik escort anadolu yakası escort şişli escort bodrum escort sex yasbetir1.xyz winbet-bet.com 1kickbet1.com 1xbet-1xir.com 1xbet-ir1.xyz hattrickbet1.com 4shart.com manotobet.net hazaratir.com takbetir2.xyz 1betcart.com betforwardperir.xyz betforward-shart.com betforward.com.co betforward.help betfa.cam 2betboro.com 1xbete.org 1xbett.bet romabet.cam megapari.cam mahbet.cam