Via Francigena

Le grand succès du Forum de Monteriggioni consacré aux communes de la Via Francigena

Redazione AEVF
Redazione AEVF

Plus de 250 participants, entre représentants d’institutions, associations, réseau de recherche, opérateurs culturels et économiques, pour parler de la Via Francigena européenne.

La IV édition du Forum, les vendredi 27 et samedi 28 janvier, a représenté un moment significatif pour la Via Francigena européenne. Se sont retrouvés ensemble : des représentants français, suisses, italiens et le Directeur de l’Institut Européen des itinéraires Culturels du Luxembourg, Stefano Dominioni.

Vendredi, trois rencontres techniques se sont déroulées, coordonnées par l’Association Européenne des Vie Francigene.

La première, sur le thème de la Via Francigena dans le sud (étaient présents les représentants des Régions Lazio, Pouilles, de la commune de San Giovanni Rotondo et du réseau des communes de Foggia), pour définir les temps, les modalités et les contenus de l’accord entre les Régions, accord qui a pour but l’extension de la certification d’ « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » à ce tronçon là aussi. La décision finale sera prise par l’Assemblée générale AEVF dans les mois à venir.

La deuxième rencontre avait, avec les Régions italiennes de la Via Francigena de Sigéric (présents le Val d’Aoste, le Piémont, la Lombardie, l’Emilie, la Toscane, Lazio), sur le Plan Directeur « Culture et Tourisme » du Ministère et les Fonds pour le développement et la cohésion 2014-2020 (CIPE) pour objectif de réaliser des projets d’amélioration de l’infrastructure dans les derniers points critiques et de nouvelles actions sur la signalisation, les lieux de repos équipés avec un point d’eau et une couverture wifi.

La troisième rencontre a été celle du Comité Scientifique AEVF, présidée par Fiorella Dallari. Le développement, la recherche, les réseaux d’Université représentent en effet des éléments indispensables pour la Via Francigena et le maintien de la certification du Conseil de l’Europe.

Le « Francigena day »du 28 janvier a eu beaucoup de succès (250 personnes présentes) pour parler et échanger sur cinq points : les « petites » communes au premier plan, l’état d’avancement de la candidature de la Francigena comme Patrimoine UNESCO, l’animation et l’accueil le long de la Via, les actions conjointes des Régions et l’activité d’étude et de recherche sur les Itinéraires au niveau international. En parallèle, s’est déroulée la rencontre des associations présentes sur le chemin, point d’orgue de la Via Francigena.

Au centre du débat, la force culturelle, sociale, économique de la Via Francigena, qui est une opportunité extraordinaire en premier lieu pour les petites communes. Les représentants des nombreuses autorités locales participantes ont illustré le travail passionné qu’ils sont en train de faire, en mettant en évidence la nécessité de l’entretien du parcours à travers un accord «de fonctionnement » avec les Régions et les Ministères.

Espace pour la mise à jour des activités pour la candidature UNESCO. Stefano Ciuffo a informé que la signature de l’accord entre les Régions, avec la Région Toscane comme chef de file, est imminente.

Stefano Dominioni a focalisé l’attention sur le Programme des Itinéraires Culturels où la Via Francigena est insérée. Le Programme fête, cette année, 30 ans depuis son lancement et l’évènement de célébration aura lieu à Lucca du 27 au 29 septembre 2017. « Nous célébrons les trente ans du Programme avec 32 Itinéraires Culturels certifiés, qui offrent aux voyageurs et aux habitants la possibilité de découvrir les nombreuses histoires qui ont eu lieu au cours des siècles à travers l’Europe, qui ont permis les arts, les architectures, les rites, les langues en contribuant à forger les nombreuses identités qui composent notre continent. Le voyage est encore aujourd’hui privilégié pour découvrir les nombreuses régions d’Europe et les itinéraires sont des espaces de rencontre avec l’autre. La certification d’Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe est une certification d’excellence : à travers celle-ci, chaque itinéraire devient l’ambassadeur des valeurs défendues par le Conseil de l’Europe, les droits de l’homme et le dialogue interculturel.

La Via Francigena est un exemple de la façon dont les Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe peuvent devenir des vecteurs de développement des territoires et démontre le rôle clé joué par les Communes dans le développement de ces réseaux européens. La Via Francigena a été un des premiers chemins à faire partie de la famille des Itinéraires Culturels en 1994. L’Association Européenne des Vie Francigene a créé un modèle de direction partagée, fondée sur le dialogue avec les réalités du territoire et favorable au développement des petites et moyennes entreprises. »

La session du matin s’est conclue avec les interventions de Romano Prodi et Francesco Rutelli, auxquels le maire Raffaella Senesi a conféré la citoyenneté d’honneur de Monteriggioni et au président d’AEVF, M.Tedeschi, l’Attestation de Reconnaissance Publique pour l’engagement pour la Via Francigena. Pour M.Prodi et M.Rutelli, il ne s’agit pas d’une nouveauté puisque, comme Président du Conseil des Ministres et comme Ministre des Biens Culturels, le 29 septembre 2007, ils choisirent justement Monteriggioni pour la cérémonie de pose du premier panneau piéton de la Via Francigena.

« La réunion des Communes d’aujourd’hui – a déclaré Romano Prodi – est importante pour la Via Francigena mais l’intervention de l’Etat est nécessaire. Je ne crois pas qu’il y ait des investissements avec un rapport coûts/bénéfices aussi favorable. Il y a 10 ans de cela, nous avons lancé l’initiative ici, à Monteriggioni, et je dois dire que les Communes ont répondu mais l’initiative collective qui devait donner une continuité à la route n’a pas eu lieu. Les vingt millions d’euro alloués par le Gouvernement sont un bon début, mais ne suffisent pas. »

« Nous commençons, avec M.Prodi, de Monteriggioni comme symbole et icône de civilisation et d’image du paysage – a dit Francesco Rutelli – Depuis, beaucoup de chemin a été fait, beaucoup par les marcheurs mais aussi beaucoup par nous pour soutenir cet engagement sur la Via Francigena. Pourtant aujourd’hui le problème est inversé. Avant il y avait une attention locale et il manquait la vision nationale. Maintenant il y a la vision nationale mais il manque l’aide des Communes qui ont besoin de ressources du Gouvernement et des Régions pour l’entretien. L’effort du Ministre Franceschini doit être mis en œuvre et soutenu. »

Samedi après-midi, les acteurs principaux étaient les Régions et les Universités.

Les représentants techniques des Régions présentes (Aigle-Région, Val d’Aoste, Piémont, Lombardie, Emilie, Toscane, Lazio, Basilicata, Pouilles) ont débattu au sujet du parcours, de l’accueil, de la signalisation et de l’accessibilité. Ce dernier thème a été introduit par Pietro Scidurlo, président de FreeWheels onlus, qui a montré une vidéo intéressante sur l’expérience le long de la Via Francigena (printemps 2016) en handbike.

Le groupe de travail des Régions, coordonné par AEVF, constitue une plateforme institutionnelle de dialogue et d’échange qui a produit d’importants résultats : Vademecum des standards du parcours et de l’accueil et Manuel des panneaux (du tronçon italien). Le même groupe de travail interrégional, en collaboration avec AEVF, a travaillé sur la publication (juin 2016) du premier guide officiel du tronçon italien de la Via Francigena avec l’éditeur milanais « Terre di Mezzo ».

Le Forum s’est conclu avec la session consacré à la recherche. Fiorella Dallari (Université de Bologne) a présenté en avant-première le numéro de la revue en ligne Alma Tourism entièrement consacré à la Via Francigena avec les interventions des experts et des chercheurs internationaux. Christian Schuele (Association du Chablais, Office de Présidence AEVF) a présenté les conclusions du travail effectué en collaboration avec l’Université de Lille, focalisé sur l’impact que les média ont sur le chemin. Gianluca Bambi (Université de Florence) a présenté la recherche sur le profil du pèlerin moderne, analysé à travers les données des questionnaires, remplis par les pèlerins et les marcheurs, sur la provenance, les motifs du voyage, les attentes le long du chemin et les modalités de parcours.     

En parallèle Sandro Polci, Directeur du festival européen « Via Francigena Collective Project », a coordonné la session consacrée aux associations et aux marcheurs pour échanger les expériences de chemin et d’animation sur la Via Francigena, élément fondamental pour continuer à refaire vivre l’itinéraire.

Le Francigena Day de Monteriggioni a été entièrement retransmis sur les fréquences de Radio Francigena, partenaire média de l’évènement.

Rendez-vous samedi 27 janvier 2018 pour la prochaine édition du Forum à Monteriggioni.

Luca Bruschi