Via Francigena

UNESCO: le Maire de Calais écrit au Président Macron. La candidature de la Francigena revient sur le devant de la scène

Luca Bruschi
Luca Bruschi
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur twitter

La longue marche « Via Francigena ». Road to Rome 2021. Start again ! », qui a eu lieu à l’été 2021 pour célébrer les 20 ans de l’AEVF, a donné un nouvel élan à la candidature de la Via Francigena au patrimoine mondial.

Une bonne nouvelle qui témoigne que la reprise de la démarche UNESCO est enfin arrivée de France. La lettre de la maire de Calais, Natacha Bouchart, au président de la République française, Emmanuel Macron, est d’une grande importance.

La Via Francigena est un « itinéraire culturel du Conseil de l’Europe » depuis 1994, c’est-à-dire qu’elle fait partie du prestigieux réseau d’itinéraires créé en 1987 à Saint-Jacques-de-Compostelle par le Conseil de l’Europe. Après cette reconnaissance, le réseau Via Francigena s’est fixé en 2015 un deuxième objectif important : l‘inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le point de départ a été la réunion du 15 juin 2015 convoquée par les communes de Fidenza et Monteriggioni à laquelle ont participé de nombreux représentants des communes et des régions ainsi que du ministère italien de la Culture. Par la suite, les Régions italiennes, coordonnées par la Région Toscane, ont signé un important accord de collaboration le 4 mars 2017 à San Miniato, qui a conduit à la rédaction, en 2017, de l’analyse préliminaire de la candidature à l’UNESCO du tronçon italien de la Via Francigena et, en 2019, de l’étude thématique de l’ensemble de l’itinéraire européen, de Canterbury à Rome. L’AEVF a coordonné l’ensemble du travail technico-scientifique sur les deux documents, qui répertorient les 540 biens candidats le long du parcours de 2000 kilomètres, conformément aux critères numéro 2, 4 et 6 du règlement de l’UNESCO.

Quatre événements importants ont eu lieu en 2021:

– À l’occasion de la marche  » Road to Rome 2021  » du 15 juin au 18 octobre 2021, le thème de l’UNESCO a été systématiquement mentionné dans toutes les rencontres avec les institutions et associations locales. Les parlementaires et les autorités locales se sont mobilisés le long du tronçon français. En particulier, le 14 juin, le conseil du syndicat des communes de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane (département du Pas-de-Calais ; région Hauts-de-France) et les conseils municipaux des vingt communes du syndicat traversées par la Via Francigena ont voté à l’unanimité une motion de soutien à la candidature envoyée à la ministre française de la Culture Roselyne Bachelot. Le 10 février 2021, le ministre et le directeur général du patrimoine et de l’architecture du ministère ont répondu à tous les courriers reçus, assurant que le dossier était en cours d’examen par leurs services.

– Le 25 février 2021, le Conseil de la Région Toscane a approuvé à l’unanimité une résolution du Conseil engageant la Région à promouvoir la candidature à l’UNESCO en collaboration avec les Régions italiennes et l’AEVF.

– Par le décret n° 749 du 29 septembre, le ministère italien de la Culture a formellement inclus dans le plan de développement et de cohésion « Stralcio Cultura e Turismo CIPE (FSC 2014-2020 ex delibera 3/2016) une allocation de 1,1 million d’euros pour le dossier de candidature à l’UNESCO du tronçon italien de la Via Francigena.

La démarche a ensuite été reprise et la Région Toscane, en collaboration avec l’AEVF, afin d’organiser une réunion à Florence dans les prochaines semaines pour faire le point sur la situation et demander la reprise de la concertation entre les Ministères compétents du Royaume-Uni, de la France, de la Suisse, de l’Italie et du Saint-Siège.

Natacha Bouchart

Entre-temps, l’AEVF a poursuivi ses activités en organisant cinq réunions avec les administrations locales sur la section française de la Via Francigena : Calais et Béthune (2 février), Bruay-la-Buissière (3 février), Bar-sur-Aube (3 mars), Wisques (4 mars). Natacha Bouchart, maire de Calais et vice-présidente de la Région Hauts-de-France, a pleinement partagé l’objectif commun et donné une impulsion politique forte en impliquant directement le Président de la République, Emmanuel Macron, à qui elle a adressé le dossier préliminaire de candidature en demandant le plein soutien du gouvernement français.

« Depuis la grande marche de l’année dernière Road to Rome 2021, j’ai constaté un regain d’intérêt généralisé pour la candidature de la Via Francigena à l’UNESCO. La rencontre avec la maire Natacha Bouchart et l’intérêt du Président de la République française sont une étape très significative. Aujourd’hui, nous pouvons dire que l’objectif de présenter la proposition de candidature en même temps que le Jubilé 2025 semble réaliste. La Via Francigena est un patrimoine européen précieux et l’inscription à l’UNESCO le mettrait encore plus en valeur en associant institutions publiques, particuliers, associations et bénévoles. Nous voulons mettre les valeurs et la valeur culturelle matérielle et immatérielle de ce grand itinéraire européen au centre du projet », a déclaré Massimo Tedeschi, président de l’AEVF.

Dossier UNESCO