Via Francigena

VA03 - Variante gauche de la Dora Riparia

VA03 - Variante gauche de la Dora Riparia

Gps Track

Gps Track

  • Début: Bussoleno
  • Arrivée: Almese
  • Longueur totale: 25,1 km
  • Difficulté à pied: Moyen
  • Signaux:

    Flèches blanches/jaune et pèlerin jaune

  • Comment arriver:

    Train Ligne Torino-Bardonecchia, www.trenitalia.com

Sur la rive gauche de la Dora Riparia, la Via Francigena part de Bussoleno et longe la ligne ferroviaire, jusqu’à arriver au hameau Grangia de Chianocco. L’itinéraire se poursuit sur une route goudronnée et passe devant l’ancienne maison forte (XIIe), un exemple intéressant architecture civile romane. Situé à l’entrée de la Réserve Naturelle du Orrido di Chianocco, le bourg est composé de nombreux petits hameaux, mais son noyau le plus ancien, au lieu ditCampoasciutto, est caractérisé par le majestueux complexe fortifié du Château (XIIIe) ; devant, l’Eglise San Pietro Apostolo, érigée après l’inondation qui détruisit l’église romane, dont il ne reste que le beffroi. On remarquera aussi la Chapelle du cimetière de Sant’Ippolito (XIe), décorée de belles fresques datables du XVe.

La route descend vers la bourgade Vindrolere et, traversant une zone riche de potagers, terrains cultivés, bois et vignobles, elle touche les premières maisons de Bruzolo : on passe à côté d’une vieille forge actionnée par un système hydraulique, une des architectures protoindustrielles les plus complexes du Valle di Susa. Parmi les édifices dignes d’être mentionnés, l’Eglise San Giovanni Evangelista et le Château (XIIIe), transformé avec le temps en demeure des familles nobles fidèles à la cour des Savoie et siège de la signature des Traités de Bruzolo (1610) entre le duc de Savoie et le roi de France.

Après avoir traversé l’agglomération, la route continue en descente, en prenant à gauche la carrossable qui côtoie les pentes de la montagne, sur lesquelles se développe la commune de San Didero : ancienne possession féodale de familles liées aux Savoie, la partie la plus ancienne se dresse autour des murs crénelés de la tour massive de la maison forte, peut-être le donjon d’un château aujourd’hui disparu ; dans une position panoramique, l’Eglise San Desiderio, qui dépendait de la prévôté d’Oulx.

Passée la maison forte, on continue en direction de Borgone Susa. Peu après l’agglomération, une intéressante déviation porte au Maometto, un lieu suggestif aux racines antiques : près d’une clairière s’offre au regard une roche sculptée représentant un personnage les bras ouverts, qui pour la tradition populaire était le prophète arabe, mais il s’agit plus probablement du dieu agreste latin Sylvain. L’itinéraire longe la ligne de chemin de fer et arrive à la place principale du bourg, avec le Palais Montabone (XVIIe), siège de la mairie ; il passe l’Eglise San Nicola di Bari et, avec une déviation sous la passerelle qui enjambe la voie ferrée, il mène au Pont de Sant’Antonino – possible liaison entre les Vie Francigene – et au hameau San Valeriano : là se trouve la chapelle romane du même nom (XIIe-XIIe) avec la décoration absidale du Christ Pantocrator.

Une brève section de piste cyclable parallèle à la route nationale SS24 conduit au lieu-dit Molere, où un chemin de terre s’enfonce au milieu des prés : l’embranchement de gauche permet de côtoyer la montagne sur une route en plaine jusqu’aux hameaux Grangetta et Poisatto et à la zone pique-nique sur le torrent Gravio. Sur un large trottoir le long de la route nationale on atteint les portes de Condove, un des bourgs les plus grands de la vallée, composé de 74 bourgades de montagne : quelques-unes de celles-ci présentent de riches témoignages artistiques, comme la Chapelle San Bernardo au Laietto (1430), l’Eglise San Saturnino à Mocchie et la romane Chapelle San Rocco, connue anciennement sous le nom de Santa Maria del Prato ; au pied de la dorsale rocheuse on peut admirer le Château du Comte Vert, cité à partir du XIIIe comme dépendance du monastère de Saint-Just de Susa : le château était une résidence, mais il avait aussi un rôle défensif.

La route carrossable arrive ensuite jusqu’à l’agglomération de Caprie, dont le nom tire son origine du mont Caprasio qui la surplombe : on y arrive par un itinéraire de randonnée en partant du hameau Celle, un lieu suggestif du fait de la présence de la grotte érémitique de Saint-Jean-Vincent, fondateur de la Sacra di San Michele, et de l’Eglise Santa Maria Assunta, qui présente une crypte avec des fresques du Xe. Le parcours principal se poursuit sur la piste cyclable à côté de la longue ligne droite qui va jusqu’au hameau Novaretto : l’Eglise SS. Rocco et Sebastiano (XIXe) offre une intéressante bichromie donnée par l’alternance de bandes noires et blanches, tandis qu’à l’intérieur se distingue la riche structure en caissons de la nef centrale.

Passées les dernières maisons de Novaretto, la route, qui n’est plus goudronnée, côtoie la Colline de la Seja. Pour éviter la grande circulation de la route nationale SS24, un sentier facile monte au hameau Torre del Colle de Villar Dora, construit en 1289 à l’initiative d’Amédée V de Savoie dans le but de défendre la traversée de la Dora Riparia : sur cette dorsale, dans une zone boisée apparaît la Chapelle San Pancrazio, décorée de fresques avec un cycle pictural de la fin du XVe. Puis l’itinéraire descend et croise une route secondaire qui conduit au centre historique du bourg, dominé par le majestueux Château Provana : résultant de l’union de trois maisons fortes plus anciennes, à partir du XIIIe il fut intéressé par des agrandissements et revisité dans un style néogothique ; non loin de là se trouve aussi l’Eglise SS. Vincenzo et Anastasio, en partie reconstruite au XVIIe, avec des éléments de décoration et des toiles qui sont attribuables à la famille des commanditaires, les Provana. Signalons enfin le Musée de la Préhistoire de la Dora Riparia.

En continuant sur la route principale, on entre dans Almese : cet établissement d’époque romaine est attesté par une Villa qui a été découverte au lieu-ditRivera, une des plus importantes constructions résidentielles latines au Piemonte. D’un grand intérêt historique sur l’itinéraire est le Ricetto di San Mauro, une bastide qui remonte au XIVe. Né dans le but de défendre l’édifice monastique préexistant, il en a englobé une partie des structures : le campanile a été transformé en tour, tandis que le corps principal est devenu le donjon du nouveau château, entouré de murs d’enceinte et exploité comme bastide.

zoomgeolocalization

Partager sur

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email