Via Francigena

Préparation du voyage à vélo

Quand partir

La Via Francigena traverse des environnements avec des caractéristiques climatiques très différentes, des 2500m d’altitude du col du Grand Saint Bernard à la plaine Padana, du pas de la Cise aux collines toscanes.

Les meilleurs mois pour parcourir tout l’itinéraire sont mai et juin, ou bien septembre et octobre. Les périodes les plus chaudes sont à éviter, surtout dans la plaine Padana, où l’ombre est rare et le climat étouffant.

Il faut tenir compte que le col du Grand Saint Bernard est ouvert en général seulement de début juin à début septembre, à cause de la neige qui le rend impraticable durant la plus grande partie de l’année. Le pas de la Cise aussi peut être enneigé en automne ou au début du printemps.

Les étapes

Le parcours cyclable est fractionné en étape d’environ 50 km l’une, pour un total de 23. Le fractionnement des étapes peut être toutefois modulé en fonction du degrés d’entrainement et de la préparation du cyclo-voyageur, qui est moins contraint par la présence de structures pèlerines; ce n’est jamais un problème d’ajouter 5 ou 10 km pour arriver à une localité équipée et accueillante.

Difficulté

Par rapport au parcours piéton, qui privilégie les chemins, le parcours à vélo comprend de nombreuses routes secondaires goudronnées, peu fréquentées et évite le plus possible les chemins de terre cahoteux. L’itinéraire est goudronné à environ 70%, et les tronçons de chemins sont pour la plupart des chemins de terre avec un fond stabilisé. Quand il n’y a pas d’alternatives, on parcourt de courts tronçons de routes très fréquentées.

L’itinéraire est donc adapté aux cyclo-voyageurs adultes avec une bonne maîtrise du vélo, un bon entrainement et une bonne expérience de voyage, et il est déconseillé aux familles avec enfants ou aux personnes inexpérimentées ou  peu entrainées. La première partie du parcours, jusqu’à Fornovo, est caractérisée par des dénivelés minimes et est plutôt facile. La seconde partie, qui comprend le pas de la Cise et surtout les continuelles montées-descentes de la Toscane et de Lazio, est beaucoup plus difficile, et demande un bon entrainement.

Ombrage

Dans beaucoup d’étapes l’ombre est rare. Durant l’été, il est conseillé de se protéger la tête et d’utiliser une crème solaire. Il est conseillé de partir tôt le matin, pour éviter les heures les plus chaudes.

Eau, point de restauration et logement le long du parcours

Les fontaines et les points de restauration sont fréquents dans certaines étapes, plus rares dans d’autres ou même absents. Il faut calculer avec attention la disponibilité en eau et en tenir compte en remplissant opportunément les gourdes. Durant une étape moyenne en pleine été, il est conseillé de boire au moins 2l d’eau, si possible avec des sels minéraux, pour diminuer le risque de coup de chaleur.

La grande partie des centres habités traversés par la Via Francigena est équipée de bar ou de magasins d’alimentation. Leur présence est indiquée dans la fiche descriptive de chaque étape.

Les structures d’accueil pèlerines donnent en général la priorité au voyageur à pied. Il est donc conseillé de s’informer à temps sur la disponibilité des places et sur la présence d’un lieu sûr où garer le vélo.

Equipement

Le parcours balisé, qui insiste principalement sur les chemins de terre et sur les routes goudronnées secondaires, pas toujours en bon état, conseille l’utilisation d’un VTC ou d’un VTT, équipé de lumières et de réflecteurs, prescrits par le code de la route. Deux sacoches à l’arrière et une à l’avant sont suffisantes en guise de bagages, étant donné qu’il n’est pas nécessaire de prendre une tente, ni l’équipement de cuisine ou un sac de couchage. En revanche, un pantalon et un t-shirt adaptés, une parka pour le vélo, avec des bandes réfléchissantes et un change pour le soir sont indispensables. A ne pas oublier, un kit pour changer et réparer des chambres à air en cas de crevaison.

La technologie

L’utilisation de dispositifs technologiques peut être très utile le long du chemin. Les smartphones ou les tablettes modernes sont devenus des dispositifs multifonctions, qui permettent de visualiser la position sur la carte grâce au GPS, de lire le guide du parcours ou un livre le soir, faire des photos ou des vidéos, lire les emails, naviguer sur internet, appeler à la maison par Skype, regarder la TV, lire le journal et écouter la musique. Le tout avec un poids très faible, aspect très important pour celui qui voyage à vélo. Nous vous conseillons d’approfondir vos connaissances sur l’utilisation des technologies et sur l’utilisation de la cartographie digitale et du GPS.