Via Francigena

Marathon Francigena Romea : le ministre italien du tourisme Garavaglia marche avec nous

Luca Bruschi
Luca Bruschi
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur twitter

Plus de 1 400 personnes envahissent joyeusement le chemin de la Via Francigena et de la Via Romea d’Acquapendente à Bagnoregio pour le Marathon Francigena Romea, avec des étapes de 10, 20 et 42 km.

Une journée pratiquement estivale, ensoleillée et chaude, plus de 30 degrés. Un jour de grande fête, qui coïncidait avec l’anniversaire de la République italienne. Cette année, le Marathon Francigena Romea a été honoré par un marcheur et invité illustre, le ministre italien du Tourisme Massimo Garavaglia, qui a parcouru le tronçon Acquapendente – Bolsena (25 km) : un signal important de la proximité du gouvernement italien avec la Via Francigena et le slow tourisme, un secteur en pleine croissance et expansion avec d’importantes répercussions touristiques et économiques sur les territoires. Dans cette phase post-pandémique, il y a un désir encore plus grand pour la Via Francigena, pour les marches en plein air, à pied ou à vélo.

« Je ne pensais pas faire si peu d’efforts pour marcher 24 km« , a commenté la ministre Garavaglia, « c’est tellement agréable de marcher au milieu de forêts et de beaux paysages, en discutant avec tant de gens et dans différentes langues. C’était ma première expérience et ce ne sera certainement pas ma dernière« .

Le marathon de la Via Francigena a maintenant dix ans, puisque la première édition a eu lieu en 2013. Dès le début, la formule a été choisie pour marcher 10, 21 ou 42 km, une distance qui coïncide avec la longueur d’un véritable marathon.

L’événement s’est consolidé d’année en année, devenant un moment de fête pour toute la zone traversée – mais aussi un exemple à suivre, à tel point que les années suivantes, deux initiatives  » sœurs  » ont été lancées : le Marathon Francigena Toscane et le Marathon Via Francigena Val Susa.

Les raisons du succès du Marathon Francigena du Latium sont nombreuses : il y a tout d’abord la grande synergie entre les institutions (Acquapendente, San Lorenzo, Bolsena, Bagnoregio), les associations (section CAI Viterbo et associations locales) et les opérateurs privés qui travaillent ensemble en harmonie. Et puis il y a la passion, beaucoup de passion. Dans les coulisses, depuis la première édition, se trouve un grand ami de la Via Francigena et amoureux du sport, Sergio Pieri, alors fonctionnaire de la municipalité d’Acquapendente. Avec lui, de nombreux autres passionnés qui ont toujours collaboré dans l’esprit de partager la Via Francigena. Ce n’est pas un hasard si cet événement à succès, qui réunit familles, jeunes et moins jeunes, coureurs et sportifs, s’est depuis étendu à d’autres régions, devenant un rendez-vous fixe également inclus dans le calendrier des initiatives annuelles auxquelles l’Association européenne des chemins de la Via Francigena participe depuis la première édition.

La ministre Garavaglia était accompagné de deux autres personnes du ministère du Tourisme : Palmiero Perconti, conseiller pour les événements jubilaires, et Stefano Mantella, responsable de l’unité PNRR. J’ai eu le plaisir de partager avec eux cette partie fascinante du voyage et j’ai été surpris par le rythme soutenu de leur marche à près de 6 km/h ! Mais qui a dit que le ministère et le gouvernement ne marchent pas ? Non seulement ils le font, régulièrement, mais ils sont aussi bien entraînés ! Malgré le rythme soutenu, nous avons eu tout le temps de profiter des paysages à couper le souffle, de rencontrer des gens et de remercier les administrations municipales d’Acquapendente et de San Lorenzo, ainsi que les associations qui nous ont accueillis à bras ouverts. C’est le bel esprit de la marche.

Pendant et à la fin de l’étape, il y a eu beaucoup de temps pour réfléchir à l’avenir de la Via Francigena, également dans la perspective du Jubilé 2025, en se référant aux services qui sont de plus en plus demandés par les voyageurs. Le ministre Garavaglia a souligné, comme il l’a déjà fait en d’autres occasions, que « la Via Francigena et les itinéraires pédestres représente un tourisme authentique fait de personnes et d’excellences, capable de favoriser la renaissance économique de nombreuses régions. Il s’agit d’une forme de tourisme qui prend de plus en plus d’ampleur et qui, de phénomène de niche, devient une véritable tendance de masse capable de donner une impulsion au redémarrage du tourisme de qualité ».

Ce fut une fête de la République italienne célébrée sur la Via Francigena, dans la joie et les moments de partage, en redécouvrant le temps et le plaisir de se rencontrer.