Via Francigena

La marche européenne Road to Rome 2021 arrive à Santa Maria di Leuca

Sara Louise Costa
Sara Louise Costa
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur twitter

La marche-relais le long de la Via Francigena, qui est partie le 15 juin de Canterbury et arrive au sanctuaire de Santa Maria de Finibus Terrae le 18 octobre, est sur le point de s’achèver.Après 113 jours de marche à pied, la délégation de l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena (AEVF), partie de Canterbury le 15 juin dernier pour parcourir l’intégralité de la Via Francigena, a atteint la destination finale de son épopée.

Les participants à l’événement « Via Francigena Road to Rome 2021 Start again! », lancé à l’occasion du 20ème anniversaire de l’Association basée à Fidenza, ont parcouru 3200 km à pied et à vélo en un peu moins de 4 mois, traversant 4 États (Angleterre, France, Suisse et Italie), 16 régions et 637 communes au cours des 118 étapes prévues, dont 113 le long de l’itinéraire principal et 5 le long de variantes.

L’AEVF dresse un bilan résolument positif, dépassant toutes les attentes en termes de public et d’institutions impliqués le long de l’itinéraire, mais aussi en termes de développement du réseau, grâce aux nouveaux partenariats lancés ou consolidés étape par étape (comme le Pacte Ventotene et le renouvellement de la convention avec la Fédération Française de la Randonnée).

« Road to Rome 2021 » était un événement collectif impliquant des personnes de toute l’Europe, y compris des pèlerins, des partenaires et des collaborateurs, devenant ainsi un porte-parole de l’essence de la Via Francigena : une libre circulation et un échange d’idées au nom de la redécouverte des petites communautés urbaines et du slow tourisme. « Cette grande marche n’a pas été une initiative ordinaire« , a commenté le Président de l’AEVF, Massimo Tedeschi, « c’est un événement complexe et profond car il nous a tous mis dans le jeu, c’est-à-dire sur la route, même physiquement ; et le 18 octobre 2021, après quatre mois, nous arriverons à Santa Maria di Leuca changés. Nous avons mis en pratique les plus beaux principes de la Via Francigena : la rencontre entre personnes de pays, de langues et d’histoires différentes ; le dialogue entre les cultures ; l’échange d’idées et d’expériences ; le voyage, pour ceux qui le veulent. Nous arrivons changés et meilleurs, j’en suis convaincu« .

Plus de 5 000 pèlerins ont rejoint le groupe « Road to Rome 2021 » le long de la Via Francigena durant tout le parcours, avec des pics records dans la section sud de la Via Francigena. Les pèlerins et les curieux ont été rejoints par une trentaine de blogueurs qui, sous forme de relais, ont accompagné le groupe à travers les différentes étapes, documentant l’aventure sur la route sur leurs réseaux sociaux, et 11 vidéastes qui ont produit une énorme archive de photographies et de vidéos.

Plus de 60 partenaires ont soutenu l’initiative, dont 7 organismes sponsors (le Ministère de la Culture italien, Valore Paese Italia, Visit Canterbury, le Ministère de la Culture français, l’Office fédéral de la Culture, Green Pilgrimage Europe, ANCI, l’Association Nationale des Communes Italiennes) et les 3 principaux partenaires ENIT, Intesa Sanpaolo et Snam, rejoints par plus de 250 entités dont des communes, des offices du tourisme, des musées, des associations laïques et religieuses et plus de 350 structures d’hébergement qui ont   accueilli le groupe, proposé des repas et des moments de convivialité, notamment des dégustations et des visites guidées (voir la liste complète des partenaires).

Le développement économique des zones rurales traversées par la Via Francigena, le partage des itinéraires culturels européens, la sensibilisation au slow tourisme et à un mode de voyage durable et éco-responsable sont autant d’aspects que la marche-relais a contribué à diffuser, en exploitant le potentiel de chaque région. La Via Francigena apparaît ainsi comme une source d’opportunités, de flux de personnes, d’idées, d’emplois et d’échanges culturels dans tous les Pays européens qu’elle traverse.

Bref, il s’agit du bon chemin à suivre. Littéralement.