Via Francigena

En route vers une Via Francigena accessible à tous

Simona Spinola
Simona Spinola
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur twitter

Samedi 9 juillet, notre association a organisé un atelier dédié aux aveugles à Bagno Vignoni, au cœur du Val D’Orcia en Toscane, pour rapprocher les personnes déficientes visuelles du patrimoine thermal à travers une série d’expériences sensorielles développées pour l’occasion par une équipe d’experts de l’Universidad Autónoma de Madrid.

Le village de Bagno Vignoni, connu pour sa « place d’eau » du XVIe siècle où coule une eau thermale à 50 degrés et pour son riche patrimoine thermal, fait partie du projet « Thermal Via Francigena » dont la municipalité de San Quirico d’Orcia est un membre officiel. Massimo Vita et Niccolò Zeppi, respectivement présidents des sections de Sienne et de Florence de l’Union italienne des aveugles et malvoyants, ainsi que Stella Funduleit, membre de l’association à Sienne, ont participé à l’initiative.

Marco Bartoli et Virginia Pecci, respectivement adjoint au maire et responsable du tourisme de la municipalité de San Quirico d’Orcia, ont accueilli le groupe et ont donné le coup d’envoi des travaux :  » Nous pensons qu’il est fondamental d’essayer de comprendre les besoins de chaque type de public, car ce paysage appartient à tous, sans exclusion « , a déclaré Bartoli. « Grâce à cette rencontre, il a été possible de jeter les bases d’un projet très intéressant et tourné vers l’avenir, qui nous a permis de regarder Bagno Vignoni d’un autre point de vue, en optimisant les efforts pour que notre patrimoine soit à la portée de tous« . À partir de là, nous avons suivi un bref excursus sur l’histoire du village et de sa piscine centrale, qui, au fil des siècles, a trouvé dans l’eau un élément d’une importance cruciale – comme le confirment les inscriptions dédiées aux divinités païennes puis chrétiennes. En contournant la place, le groupe a été guidé par le son de l’eau qui s’écoule de la piscine centrale dans le canal, aujourd’hui partiellement couvert, et qui jaillit ensuite dans le Parco dei Mulini.

En appui à la promenade, quelques cartes en relief et des modèles 3D réalisés par le géologue Riccardo Rocca ont permis aux participants de comprendre la conformation géographique et la composition géologique, notamment les dénivelés et les indications en braille.

« Il ne s’agissait pas d’une visite guidée, mais d’un moment partagé où les réactions des personnes présentes ont eu un poids fondamental dans la création d’un itinéraire de plus en plus accessible aux personnes ayant un handicap visuel et à tous ceux qui veulent marcher« , a expliqué Simona Spinola, responsable de la communication de viefrancigene.org. L’atelier itinérant, dont le groupe de participants s’est montré très satisfait, tout en fournissant des indications pour le développement du projet et en soulignant la nécessité d’améliorer le sentier dans la campagne, s’est conclu par une « dégustation sensorielle » de certaines eaux recueillies dans des sites thermaux le long de la Francigena et d’autres que l’on peut acheter au supermarché, afin de comprendre leurs propriétés et caractéristiques à travers les odeurs et le goût.

L’équipe espagnole, composée de l’archéologue Silvia González Soutelo, de la géographe Laura García Juan et du géologue Miguel Gómez-Heras, a souligné que la connaissance inclusive est un moyen important d’atteindre les objectifs de développement durable : selon la philosophie « rien n’est fait pour nous, sans nous », les personnes handicapées sont un élément fondamental de la création de contenus de diffusion inclusifs et non de simples destinataires. L’initiative s’est déroulée dans le cadre du projet européen Horizon 2020 rurAllure, né pour cartographier et diffuser le patrimoine rural et le tourisme durable à proximité des principales routes de pèlerinage en Europe.