Via Francigena

Choisir et préparer son sac à dos

Alberto Conte
Alberto Conte
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur twitter

Que faut-il mettre dans le sac à dos ? C’est un problème auquel nous sommes confrontés chaque fois que nous préparons une excursion, mais dans le cas d’un long voyage à pied, il revêt une importance fondamentale, et peut faire la différence entre une expérience merveilleuse et l’enfer.

Ceux qui entreprennent pour la première fois un long voyage à pied ont tendance à mettre trop de poids sur leurs épaules, sans se rendre compte qu’un sac à dos lourd augmente considérablement la fatigue, et surtout la tension sur le dos, les articulations et les pieds. En général, il se rend compte du problème après quelques jours de marche, parfois lorsqu’il est trop tard pour éviter les problèmes typiques d’un poids excessif : douleurs dorsales, inflammation des articulations, ampoules aux pieds.
Une scène classique à laquelle on assiste lors des premières étapes du Camino de Santiago est le renvoi à la maison d’objets inutiles, ou le don à d’autres pèlerins qui pourraient en avoir besoin. À cet effet, il existe une zone spéciale dans chaque auberge où les pèlerins fatigués laissent leurs chaussures, bâtons, pulls, livres et autres objets lourds.
Il faut donc consacrer un soin maniaque à contenir le poids du sac à dos, dans le but de rester bien en dessous de 10 kg. La solution idéale est que le sac à dos ne dépasse pas 10 % du poids corporel du pèlerin ; cela semble incroyable, mais c’est techniquement possible.

Réduire le poids au minimum
Cela peut être réalisé si:

  • vous choisissez un sac à dos d’excellente qualité, léger, d’un volume de 35-45 litres ;
  • vous évitez l’utilisation du coton et des fibres naturelles, et utilisez des vêtements techniques synthétiques (même à bas prix, vous pouvez désormais trouver des vêtements très légers) ;
  • choisissez un sac de couchage très léger et compact ;
  • utilisez une serviette de trekking en microfibre ;
  • N’emportez que ce qui est strictement nécessaire.

En outre, il faut garder à l’esprit que le long de la Via Francigena, il y a des villes et des villages à chaque étape, et qu’il est donc facile de faire des achats pendant le voyage.
Il est nécessaire d’évaluer la solution la plus légère pour chaque objet que vous souhaitez emporter avec vous, de la brosse à dents au guide de route ; pour cela, il est bon de peser chaque objet avec une petite balance de cuisine numérique, par exemple pour comparer deux pantalons et choisir le plus léger, ou deux chemises de sous-vêtements, en gardant à l’esprit que la somme des petites différences fera une grande différence.
Une grande attention doit être accordée aux accessoires tels que l’appareil photo ou le téléphone portable, qui nécessitent l’utilisation de chargeurs. De nombreux téléphones portables vous permettent de prendre de bonnes photos, vous devriez donc envisager de n’emporter qu’un seul article multifonctionnel. En outre, il existe sur le marché des chargeurs de téléphone portable ultralégers, qui peuvent vous faire gagner beaucoup de poids.
Le shampooing, le gel douche, les détergents et les cosmétiques doivent être réduits au minimum : un petit morceau de savon de Marseille peut être utilisé pour se laver et laver ses vêtements, et le shampooing doit être versé dans un petit récipient. Ce qui reste sera utilisé par les pèlerins qui arriveront après nous.
Tout cela peut sembler un sacrifice, mais l’un des aspects les plus intéressants du chemin est la prise de conscience de pouvoir vivre et voyager avec le peu de choses que l’on porte sur ses épaules. Un sentiment de liberté sans égal à l’ère du consumérisme effréné.

Port du sac à dos
Une fois que vous avez allégé votre sac à dos, vous devez le porter correctement.
Un sac à dos ne doit pas faire peser trop de poids sur vos épaules, mais surtout sur votre bassin. C’est pourquoi la « ceinture » doit être aussi serrée que possible, juste au-dessus des hanches. Les bretelles doivent avant tout servir à maintenir le sac à dos attaché à votre dos et à l’empêcher de bouger : tout mouvement inutile du sac à dos consomme de l’énergie et doit donc être évité. Pour cela, il est important de relier les deux bretelles avec la sangle élastique avant.
Les sacs à dos les plus sophistiqués sont équipés de réglages pour s’adapter à la taille de la personne, et pour rapprocher la partie supérieure du sac du dos, deux fonctions très utiles.
Il est également important de remplir correctement le sac à dos, afin d’abaisser le plus possible le centre de gravité : les objets les plus lourds doivent donc être plus bas.
Le sac à dos doit être parfaitement symétrique : les bretelles doivent être réglées de la même manière, et surtout vous devez éviter l’erreur typique de charger une bouteille d’eau dans l’une des poches latérales. L’écrivain a essayé de le faire lors du dernier voyage à Santiago, avec pour résultat de se déplacer une omoplate lors de la première étape, et de souffrir de fortes douleurs pendant le reste du voyage.
La meilleure solution pour l’eau est l’utilisation d’un sac avec une paille à insérer à l’intérieur du sac à dos, dans une poche spéciale. Le sac avec paille vous permet de boire facilement même en marchant, améliorant ainsi l’hydratation et réduisant le risque de tendinite et de coup de chaleur.
Il est important d’éviter d’accrocher des charges externes qui bougent, telles que des sacs en plastique, des flacons, etc., pour éviter, là encore, de dissiper inutilement de l’énergie.

Vous devez être préparé à la possibilité de rencontrer du mauvais temps le long de l’itinéraire, protégez donc votre sac à dos avec une housse imperméable appropriée et mettez tout le contenu dans des sacs en plastique, au cas où les pluies seraient intenses et continues.
En plus de l’ouverture supérieure, il est très utile d’avoir une ouverture au milieu du sac à dos, qui permet de diviser le sac en deux compartiments.

Conclusions
Le choix du sac à dos est très important pour la réussite d’une randonnée pédestre. Il est donc bon d’y consacrer du temps et de l’attention, ainsi qu’un budget adéquat. Aujourd’hui, le marché propose de très bons t-shirts, pantalons ou polaires à des prix exceptionnels, tandis qu’un bon sac à dos est généralement assez cher (environ 100 euros), mais croyez-moi : c’est de l’argent bien dépensé !