Via Francigena

Catégories
News_fr

En route vers une Via Francigena accessible à tous

Samedi 9 juillet, notre association a organisé un atelier dédié aux aveugles à Bagno Vignoni, au cœur du Val D’Orcia en Toscane, pour rapprocher les personnes déficientes visuelles du patrimoine thermal à travers une série d’expériences sensorielles développées pour l’occasion par une équipe d’experts de l’Universidad Autónoma de Madrid.

Le village de Bagno Vignoni, connu pour sa « place d’eau » du XVIe siècle où coule une eau thermale à 50 degrés et pour son riche patrimoine thermal, fait partie du projet « Thermal Via Francigena » dont la municipalité de San Quirico d’Orcia est un membre officiel. Massimo Vita et Niccolò Zeppi, respectivement présidents des sections de Sienne et de Florence de l’Union italienne des aveugles et malvoyants, ainsi que Stella Funduleit, membre de l’association à Sienne, ont participé à l’initiative.

Marco Bartoli et Virginia Pecci, respectivement adjoint au maire et responsable du tourisme de la municipalité de San Quirico d’Orcia, ont accueilli le groupe et ont donné le coup d’envoi des travaux :  » Nous pensons qu’il est fondamental d’essayer de comprendre les besoins de chaque type de public, car ce paysage appartient à tous, sans exclusion « , a déclaré Bartoli. « Grâce à cette rencontre, il a été possible de jeter les bases d’un projet très intéressant et tourné vers l’avenir, qui nous a permis de regarder Bagno Vignoni d’un autre point de vue, en optimisant les efforts pour que notre patrimoine soit à la portée de tous« . À partir de là, nous avons suivi un bref excursus sur l’histoire du village et de sa piscine centrale, qui, au fil des siècles, a trouvé dans l’eau un élément d’une importance cruciale – comme le confirment les inscriptions dédiées aux divinités païennes puis chrétiennes. En contournant la place, le groupe a été guidé par le son de l’eau qui s’écoule de la piscine centrale dans le canal, aujourd’hui partiellement couvert, et qui jaillit ensuite dans le Parco dei Mulini.

En appui à la promenade, quelques cartes en relief et des modèles 3D réalisés par le géologue Riccardo Rocca ont permis aux participants de comprendre la conformation géographique et la composition géologique, notamment les dénivelés et les indications en braille.

« Il ne s’agissait pas d’une visite guidée, mais d’un moment partagé où les réactions des personnes présentes ont eu un poids fondamental dans la création d’un itinéraire de plus en plus accessible aux personnes ayant un handicap visuel et à tous ceux qui veulent marcher« , a expliqué Simona Spinola, responsable de la communication de viefrancigene.org. L’atelier itinérant, dont le groupe de participants s’est montré très satisfait, tout en fournissant des indications pour le développement du projet et en soulignant la nécessité d’améliorer le sentier dans la campagne, s’est conclu par une « dégustation sensorielle » de certaines eaux recueillies dans des sites thermaux le long de la Francigena et d’autres que l’on peut acheter au supermarché, afin de comprendre leurs propriétés et caractéristiques à travers les odeurs et le goût.

L’équipe espagnole, composée de l’archéologue Silvia González Soutelo, de la géographe Laura García Juan et du géologue Miguel Gómez-Heras, a souligné que la connaissance inclusive est un moyen important d’atteindre les objectifs de développement durable : selon la philosophie « rien n’est fait pour nous, sans nous », les personnes handicapées sont un élément fondamental de la création de contenus de diffusion inclusifs et non de simples destinataires. L’initiative s’est déroulée dans le cadre du projet européen Horizon 2020 rurAllure, né pour cartographier et diffuser le patrimoine rural et le tourisme durable à proximité des principales routes de pèlerinage en Europe.

Catégories
News_fr

Grâce à Zurich, voici les nouveaux panneaux dédiés à la Via Francigena en Toscane

Grâce au partenariat entre Zurich Italia, leader dans le secteur des assurances, et l’Association européenne des chemins de la Via Francigena, 7 panneaux métalliques décrivant la Via Francigena ont été placés sur le territoire de l’Agrégation Toscana Centro Sud.

Les premiers panneaux ont été installés à Fucecchio, Montaione, Castelfranco di Sotto et San Miniato, entre les provinces de Florence et de Pise. Ils ont ensuite été ajoutés à Gambassi Terme, Castelfiorentino et S. Croce sull’Arno. En outre, des cartes de poche en papier de l’itinéraire dans cette zone sont disponibles dans tous les offices du tourisme locaux.

Ces cartes, qui sont à la disposition des pèlerins passant par ces étapes, indiquent tous les services disponibles tels que les fontaines le long du chemin, les connexions avec les transports publics, les lieux de repos ou les points de premiers secours – et bien plus encore.

Zurich choisit donc de soutenir le développement durable et la transition écologique également par la promotion d’un tourisme lent et responsable sur son territoire. Nous tenons à remercier notre partenaire pour sa contribution à la valorisation locale de l’itinéraire de la Via Francigena et de sa marchabilité.

Découvrez tous les détails de notre partenariat

Catégories
News_fr

FORREsT 2.0 : les élèves explorent l’Europe à travers la route Francigena

L’Association européenne des chemins de la Via Francigena (EAVF) est le chef de file du projet de mobilité transnationale intitulé « FORREsT 2.0 – FOsteR an euRopEan identity through the Trainees mobility« , dans le cadre du programme Erasmus+, pour les étudiants situés le long de la Via Francigena.

Le projet offre la possibilité à cent diplômés d’écoles italiennes situées le long de la Via Francigena d’effectuer une expérience professionnelle dans le domaine du tourisme lent à l’étranger. Ils pourront voyager pendant 62 jours en France, au Royaume-Uni ou en Espagne grâce à la contribution que la Commission européenne, par le biais de l’AEVF, met à leur disposition.

Le projet vise à répondre aux nouvelles tendances du tourisme international (tourisme expérientiel et durable) en favorisant le développement de compétences professionnelles spécifiques dans le secteur concerné, afin d’assurer le développement économique productif des zones touchées par la présence de la Via Francigena, dans une perspective de valorisation des communautés locales qui partagent une identité culturelle européenne exprimée précisément par le réseau Via Francigena.

Les jeunes participants ont la possibilité d’effectuer un stage de formation/travail dans des réalités européennes dans les secteurs susmentionnés grâce à une subvention qui fournira une série de services, notamment : l’identification du stage et de l’organisme d’accueil ; la préparation linguistique via la plateforme européenne OLS ; la préparation culturelle et pédagogique des stagiaires ; le voyage aérien aller-retour vers la destination du stage ; la couverture d’assurance pour toute la durée du séjour ; le logement ; le tutorat et le suivi professionnel, logistique et organisationnel ; la délivrance de certificats et d’attestations.

Pour la réalisation de ce projet, l’Association européenne des chemins de la Via Francigena a mis en place un consortium national spécifique composé de quinze instituts scolaires du Val d’Aoste, du Piémont, de l’Émilie-Romagne, de la Toscane, du Latium, de la Campanie, de la Basilicate et des Pouilles. Les partenaires du projet sont également la Région de Toscane, l’Organisme de Promotion du Tourisme de la Province de Turin, l’Association italienne des Hôtels pour Jeunes et Radio Francigena.

Voici le témoignage d’Irène, une participante au projet (en italien) :

Catégories
News_fr

Le nouvel accord avec Flixbus pour voyager sur la Via Francigena à un prix réduit

À partir d’aujourd’hui, les pèlerins de la Via Francigena pourront utiliser les services de FlixBus pour se déplacer entre plus de 40 étapes du parcours, ou rentrer chez eux à la fin de leur marche à un prix spécial – avec la possibilité de transporter également leurs vélos. 

Pour bénéficier de la réduction, il suffira d’avoir la crédenciale Via Francigena, le document officiel qui certifie, par des tampons, le passage du pèlerin par les différentes étapes du parcours. En suivant la procédure indiquée sur le site de l’Association, en quelques étapes seulement, les pèlerins pourront obtenir les réductions qui leur sont dédiées pour les réservations via l’application gratuite FlixBus

Grâce aux nombreuses intersections entre le réseau de FlixBus et la Via Francigena, il sera possible de rejoindre (ou de quitter) plus de 40 arrêts le long du parcours en Italie, en Suisse, en France et en Angleterre avec les célèbres bus verts. Parmi ceux-ci, plus de 30 arrêts sont situés en Italie, et comprennent des villes comme Rome, Turin, Bari, Parme, Sienne et Matera, mais aussi des endroits plus petits et plus éloignés comme Oulx, dans le Val di Susa, ou Candela, dans la région de Foggia. Ceux qui parcourent la Via à vélo bénéficieront également de l’accord, grâce à l’extension du transport à vélo à 75% de la flotte de FlixBus. 

L’accord entre cet opérateur et notre association vise à encourager les formes de tourisme vert à la portée de tous les budgets, en valorisant des itinéraires innovants pour mieux promouvoir le patrimoine le long du parcours. 

« Il s’agit d’une collaboration importante qui offre un service utile aux milliers de pèlerins qui parcourent la Via Francigena. La connexion entre la marche et les moyens de transport public permet d’offrir aux voyageurs différentes alternatives pour rejoindre leur point de départ, les points intermédiaires ou pour rentrer chez eux à la fin de l’expérience. Il s’agit d’un partenariat technique basé sur la durabilité et le respect de l’environnement – des éléments qui sont étroitement liés à la philosophie de la Via Francigena », a déclaré le président de l’association, Massimo Tedeschi. 

« Nous sommes heureux de signer un accord avec l’Association européenne des chemins de la Via Francigena qui, nous en sommes certains, nous permettra de contribuer davantage à la relance du tourisme en Italie dans une perspective durable », a déclaré Andrea Incondi, directeur général de FlixBus Italia. « Nous voulons continuer à faire notre part pour relier les gens au territoire et au patrimoine inestimable qu’offre notre pays, en valorisant les zones qui sont normalement moins fréquentées par les flux touristiques : de cette façon, le potentiel de nos trésors cachés ne restera pas inexprimé ». 

Catégories
News_fr

Grande Latium – Marcher en toute sécurité : interventions pour l’amélioration des sentiers

La région du Latium a approuvé le projet « Grande Latium – Cammina in Sicurezza », qui fait partie du plan de financement « Caput Mundi » pour la réalisation d’importantes interventions destinées au tourisme durable et culturel.

Le projet, financé par le PNRR, concernera également la Via Francigena : des points de repos équipés de sièges et de panneaux solaires seront installés à mi-chemin de chaque étape, où il sera possible de recharger son téléphone ou son vélo.

Le projet vise à augmenter le nombre de complexes touristiques utilisables : de nombreux sites seront modernisés et mis à la disposition de tous, contrairement à aujourd’hui. En outre, des alternatives durables aux itinéraires traditionnels doivent être trouvées en dehors du centre-ville pour encourager le « slow tourisme ». Le projet a été cité comme un exemple vertueux par le ministre Massimo Garavaglia et le maire de Rome Roberto Gualtieri.

Silvio Marino, pour la région du Latium, explique comment est née la nécessité de ces haltes : « En rédigeant le projet Grande Latium – Cammina in Sicurezza, nous avons pensé aux nombreuses personnes qui arrivent peut-être pour acheter des chaussures, mais qui ne décident jamais de partir, de commencer à marcher. Nous avons décidé d’essayer de rendre les sentiers du Latium vraiment sûrs et praticables à pied« .

« Souvent, les gens ont peur de se perdre, de ne pas y arriver parce qu’ils sont fatigués. C’est pourquoi, à mi-chemin de chaque étape, nous essaierons de créer un point de repos équipé, avec la possibilité de recharger son téléphone portable ou son vélo et de disposer d’une connexion Internet. En bref, une promenade sûre qui ne perd pas la fascination de la découverte et le goût de la fatigue« , a conclu Marino.

Valentina Corrado, conseillère pour le tourisme et les collectivités locales de la région du Latium, s’est également exprimée sur le projet : « Le Latium est le chef de file pour raconter l’histoire d’une Italie encore inexplorée, celle composée de l’intérieur des terres et de zones moins connues mais précieuses qui cotoient les grandes réalités. La Francigena Nord et Sud, le Chemin de Saint François, le Chemin de Saint Benoît, la Via Amerina et le Chemin du Parc Naturel représentent un moyen irremplaçable de découvrir les petites villes et les villages moins connus, une ligne idéale qui relie la beauté naturelle, l’art et l’archéologie, tout en représentant d’importantes infrastructures touristiques« .

Corrado a ajouté que « avec cette intervention, nous avons l’intention d’améliorer l’utilisabilité de nos sentiers et de donner une impulsion aux flux, également en vue du Jubilé 2025, un rendez-vous qui attirera un nombre important de pèlerins : bien les accueillir sera notre devoir précis. « Caput Mundi » est la synthèse parfaite d’un travail synergique entrepris pour valoriser l’immense patrimoine artistique, culturel et touristique de Rome et du Latium« .

Catégories
News_fr

Francigena comme patrimoine de l’UNESCO : les régions et les ministères italiens unissent leurs forces pour la candidature

Le chemin qui vise à conduire en 2025 à la reconnaissance de la Via Francigena comme un site du patrimoine mondial de l’UNESCO (l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) franchit une nouvelle étape décisive avec le renouvellement du protocole d’accord entre les sept régions italiennes de l’itinéraire de Sigeric, le ministère de la Culture et le ministère des Affaires étrangères.

C’est ce qui a été décidé lors d’une réunion qui s’est tenue le 6 juillet à Florence, à la présidence de la Région Toscane, avec la participation du président Eugenio Giani, des sous-secrétaires d’État des ministères de la Culture et des Affaires étrangères, Lucia Borgonzoni et Benedetto Della Vedova, le président de l’Association européenne de la Via Francigena Massimo Tedeschi, Maria Pianigiani, point focal UNESCO du ministère de la Culture, et Roberta Pesci, chef de section UNESCO du bureau de la coopération culturelle dans le domaine multilatéral du ministère des Affaires étrangères.

Des représentants des régions italiennes traversées par la Via Francigena de Sigeric étaient présents : Jean-Pierre Guichardaz, conseiller pour les Biens culturels et le Tourisme du Val d’Aoste ; Stefano Bruno Galli, conseiller pour l’Autonomie et la Culture de la Lombardie ; Alessandro Piana, vice-président de la Ligurie ; Andrea Massari, président de la Province de Parme, pour la Région Emilie-Romagne ; et Roberto Ottaviani, directeur de l’Agence du Tourisme du Latium.

« Le protocole« , a déclaré le sous-secrétaire Borgonzoni, « marque une nouvelle étape fondamentale vers la reconnaissance de la Via Francigena en tant que site du patrimoine mondial. Un défi commencé il y a des années, que le ministère de la Culture a su relever rapidement, en travaillant sans relâche aux côtés des régions. L’inscription de cet itinéraire historique sur la liste de l’UNESCO donnerait une forte impulsion à la croissance culturelle et sociale, touristique et économique des territoires concernés. »

Le président de l’AEVF, Massimo Tedeschi, a rappelé les différentes étapes du processus de candidature, « qui a commencé en 2010 avec l’initiative de la province de Sienne, a repris en 2015 à Fidenza avec la réunion des municipalités qui a relancé le projet. En 2017, une analyse préliminaire de l’itinéraire italien a été réalisée par l’AEVF, à la demande des régions de Toscane et de Lombardie. En 2020, l’étude thématique européenne englobant l’ensemble de la Via Francigena de Sigéric, de Canterbury à Rome, a été réalisée par l’AEVF. La prochaine étape cruciale consiste à impliquer les cinq pays de la Via Francigena – Royaume-Uni, France, Suisse, Italie et Vatican – dans l’approbation de l’étude thématique européenne, permettant ainsi à chaque pays de procéder à sa propre candidature. »

L’accord est déjà entré dans la phase opérationnelle avec la prochaine réunion technique convoquée le 20 juillet. La Région Toscane présidera le comité de coordination dans lequel tous les signataires sont représentés. L’Association européenne des chemins de la Via Francigena fournira un soutien technique et scientifique.

Outre la candidature, les actions d’amélioration des infrastructures se poursuivront, de la sécurité à l’accueil, en passant par la signalétique et l’accessibilité, afin d’apporter des réponses quotidiennes et concrètes aux milliers de pèlerins, venus du monde entier, qui empruntent la Via Francigena.

L’espoir unanime est que d’ici 2025, année du Jubilé, le dossier pour la reconnaissance de l’itinéraire italien de la Via Francigena dans la liste mondiale de l’UNESCO puisse être déposé.

Catégories
News_fr

Infinito Cammino : un voyage pour promouvoir l’accessibilité universelle

Federica et Nico sont deux marcheurs amoureux du voyage lent. Ils ont commencé leur grande aventure le 8 juin 2022, et marchent depuis l’intégralité de la Via Francigena de Canterbury (au Royaume-Uni) à Santa Maria di Leuca (dans les Pouilles) pendant cinq mois consécutifs, en observant un mode de vie végétalien.

Avec leur projet « Infinito Cammino » (Chemin infini), ce jeune couple de bénévoles vise à promouvoir les 3 200 km qui composent l’itinéraire culturel, en sensibilisant à la question de l’accessibilité universelle dans chaque territoire, étape par étape, pas à pas.

« Aujourd’hui, nous avons l’opportunité de marcher le long de la Via Francigena et de la raconter, mais nous aimerions que dans un futur tout le monde puisse vivre cette merveilleuse expérience », expliquent Federica et Nico. « Dans la marche, chacun trouve ce dont il a besoin : nous avons appris à valoriser les petites choses qui sont ensuite réellement grandes, les petits gestes et les sourires. »

Pour ces raisons, les deux marcheurs ont lancé une campagne de crowdfunding destiné à l’association Free Wheels odv, fondée par Pietro Scidurlo et pour laquelle les deux jeunes marcheurs sont bénévoles. L’association a collaboré à plusieurs reprises avec l’AEVF pour promouvoir la Via Francigena comme une destination accessible à tous.

L’initiative de Federica et Nico vise à recenser les points les plus critiques du parcours afin que demain ce chemin puisse lui aussi faire l’objet d’un projet qui intègre l’aspect de l’accessibilité dans la stratégie de développement. C’est un premier, tout premier regard que l’association porte sur la Via Francigena dans son intégralité. D’autres enquêtes menées par d’autres bénévoles suivront, et de nouveaux outils sont nécessaires pour les réaliser. Le seuil à atteindre est d’au moins 6 000 € pour acheter deux vélos électriques qui faciliteront le travail des bénévoles de Free Wheelds odv dans la création de sentiers destinés aux personnes ayant des besoins spécifiques liés à la mobilité réduite.

Pour contribuer à la campagne de crowdfundin, cliquez ici :

SANS VOUS, NOUS NE POUVONS PAS MARCHER. DES CHEMINS POUR TOUS

Cammino accessibile

Nous pouvons tous rejoindre le voyage de Federica et Nico pour Free Wheels odv !

Voici comment nous pouvons nous impliquer :

  • En soutenant la campagne de crowdfunding.
  • En aimant les pages Facebook et Instagram de Free Wheels odv.
  • En partageant le voyage à travers votre réseau d’amis, partenaires, associés, etc.
  • En organisant des événements le jour de notre arrivée dans notre ville.
  • En faisant connaître le voyage à travers les médias et les contacts avec les journalistes et influenceurs.
  • En offrant une douche et un repas chaud aux marcheurs sur leur parcours
  • En marchant avec eux pour une ou plusieurs étapes et en invitant leurs amis et leur famille : voici le calendrier.
  • En collaborant à la promotion d’un mode de vie végétalien
  • Par tout autre type de collaboration à proposer à info@freewheelsonlus.com.

Pour contacter Federica et Nico, écrivez à leur page Facebook ou Instagram.

Catégories
News_fr

Mise à jour de la signalisation de la Via Francigena dans la Région du Latium

La signalisation est un élément essentiel du parcours pour les pèlerins qui parcourent à pied ou à vélo un itinéraire tel que la Via Francigena ; l’AEVF, dans les quatre pays traversés par la Via, est constamment en contact avec les institutions nationales et locales chargées de l’entretien des itinéraires pour s’assurer qu’ils restent propres, accessibles et toujours bien signalisés, en particulier aux carrefours.

Dans la section italienne, de nombreuses associations amies de l’AEVF, ainsi que des travailleurs professionnels et des bénévoles contribuent à cette action chorale : sur la Via Francigena dans le Latium au nord de Rome, par exemple, les membres et les amis du CAI (Club Alpino Italiano) de la section de Viterbo assurent l’entretien physique de l’itinéraire, tandis qu’au sud de Rome, le Gruppo dei Dodici est particulièrement actif.

Ce sont donc nos associations amies, que nous remercions du fond du cœur, qui rendent possible ce service essentiel pour les pèlerins et les randonneurs. Les activités d’entretien et de signalisation sur le parcours sont réalisées en étroite collaboration avec les administrations municipales (en Italie, ce sont les entités chargées d’intervenir sur ces questions) et avec la coordination des administrations régionales – en suivant les directives du Vademecum de la Via de l’AEVF, publié en 2016 et mis à jour chaque année.

Ce printemps, une équipe technique dirigée par l’AEVF, en étroite synergie avec la Région du Latium, a parcouru toutes les étapes de la Via Francigena dans le Latium – tant au nord qu’au sud de Rome – pour placer une  » signalisation lumineuse  » supplémentaire dans plus de 1 200 points de la région. Ces marqueurs adhésifs – de couleur blanche et rouge pour le parcours pédestre et blanche et bleue pour le parcours cycliste – constituent un système complémentaire pratique et rapide qui oriente les pèlerins dans leur direction le long des itinéraires hors route et des routes pavées, dans les zones où il n’est pas possible de placer d’autres types de panneaux ou de marquages.

La Région du Latium représente une bonne pratique – un exemple à suivre pour l’entretien du parcours de la Via Francigena, où la collaboration entre plusieurs organismes et entités garantit des chemins parfaitement viables et balisés.

Catégories
News_fr

Sécheresse dans le fleuve Pô : Le service de bateaux de Danilo est suspendu

Pour la première fois depuis 1998, le bateau « Transitum Padi », la navette des pèlerins de la Via Francigena à travers le gué de Sigeric sur le Pô, a été suspendu.

L’absence de précipitations au cours des dernières semaines a provoqué une sécheresse extrême du fleuve qui a rendu sa traversée en bateau particulièrement dangereuse, car le risque de s’échouer ou d’endommager le véhicule a augmenté. C’est une décision qui n’avait jamais été prise – en plus de 20 ans de travail du « Charon de la Via Francigena ».

Le passeur Danilo Parisi a décidé de suspendre le service le week-end du 19 juin, après avoir accompagné les derniers pèlerins du côté de Lodi de Corte Sant’Andrea à Soprarivo en direction de Plaisance. C’était une décision inévitable compte tenu des conditions du fleuve : même pour un bateau de quelques places seulement, s’écraser dans le sable sous la surface de l’eau ou éviter les troncs et les débris devenait trop dangereux.

Le maire de Caledasco Filippo Zangrandi s’est exprimé à ce sujet, expliquant que « pour ne pas mettre en danger le bateau, le choix a été fait d’interrompre le gué sur la Via Francigena« . L’Agence interrégionale du Pô AIPO a en effet fortement déconseillé la navigation pour des raisons de sécurité, soulignant qu’à l’intérieur du canal navigable, il existe des tronçons dont la profondeur est inférieure à 50 centimètres.

La situation du plus grand fleuve d’Italie est préoccupante, et les effets du changement climatique et de la hausse des températures mondiales sont évidents et indéniables. De nombreuses provinces italiennes prennent des mesures réglementaires pour limiter le gaspillage des ressources en eau en cette période de canicule, et nous vous invitons nous aussi à faire attention à votre consommation d’eau : s’il est bon de bien s’hydrater en marchant, à la maison, nous pouvons éviter les douches trop longues et les robinets qui coulent trop longtemps, par exemple pour se brosser les dents ou faire la vaisselle, mais nous pouvons aussi limiter la quantité d’eau que nous utilisons pour arroser les plantes. Ensemble, nous pouvons contribuer à prévenir les problèmes majeurs de sécheresse que le temps caniculaire de cet été nous réserve.

Pour des mises à jour sur la suspension et la reprise du service, contactez Danilo Parisi : tél. +39 0523 771607

Catégories
News_fr

Rome : nouveau point d’accueil des pèlerins et de retrait du Testimonium

La basilique Saint-Pierre de Rome, en vue du Jubilé de 2025, a créé un nouveau point d’accueil pour les pèlerins arrivant à Rome par la Via Francigena.

Après avoir passé les contrôles de la police d’État, vous trouverez le point d’accueil juste avant de monter les escaliers qui donnent accès au portique de la basilique, sur votre droite.

Vous pourrez y retirer votre Testimonium, le certificat officiel du Vatican attestant du pèlerinage à Rome « devotionis causa », reconnu à tous ceux qui ont parcouru au moins 100 km à pied ou 200 km en vélo – comme le prouvent les tampons présents sur la crédence.

Le point d’accueil sera ouvert les lundis, mardis, jeudis, vendredis, samedis et dimanches de 7h30 à 18h et les mercredis de 13h à 18h.

Pour les communications et les réservations, veuillez contacter le bureau approprié :

e-mail : accoglienza@fsp.va

Téléphone : +39 06 6982 (standard) et demander l’extension 82137

Téléphone portable : +39 366 5775511