Via Francigena

Catégories
News_fr

District 108L Lions Club International promeut la Via Francigena

Le District 108L Lions Club International est en première ligne dans la promotion de la paix et la Via Francigena, grand Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe, représente les valeurs de paix, de respect, de dialogue, de démocratie et d’inclusion.

Dans le district 108L (Ombrie, Latium et Sardaigne), la Via Francigena traverse officiellement des territoires situés dans la région du Latium et, à cet égard, la responsable du district, Sara Fresi, a créé un document à caractère historique intitulé « Territoires du Latium traversés par la Via Francigena » qui est une contribution utile pour tous ceux qui veulent la parcourir pour en découvrir les beautés historiques, culturelles, monumentales et les paysages. Voici l’incipit :

Territoires du Latium traversés par la Via Francigena par Sara Fresi

Au VIIème siècle, les Lombards pénètrent sur le territoire italien, puis se disputent avec les Byzantins, occupant une partie de la péninsule. Ils voulaient relier le Royaume de Pavie, avec les duchés du sud, par une route sûre qui traversait les Apennins, en passant par le col de la Cize : dont le nom dans l’Antiquité était Mons Langobardorum, appelé à l’époque Via de Monte Bardone. Un groupe de routes reliées par des voies principales et des chemins de terre. Lorsque les Francs ont pris le pouvoir à l’époque carolingienne, le nom de Via de Monte Bardone a été changé en Via Francigena, ou « route venant de France ».

Le trafic le long de cette route s’est accru et, au fil des siècles, elle s’est imposée comme la principale liaison entre le nord et le sud de l’Europe, sur laquelle voyageaient des masses de pèlerins, de commerçants et d’armées. Elle a également permis de relier les trois « Peregrinationes Maiores » : Saint-Jacques de Compostelle, le tombeau de l’Apôtre Pierre et la Terre Sainte. Le Réseau Européen de la Via Francigena est un héritage lié aux identités culturelles du vieux continent.

Un parcours millénaire qui traverse plusieurs États : Angleterre, France, Suisse et Italie. En Italie, la Via Francigena traverse six régions : Vallée d’Aoste, Piémont, Lombardie, Émilie-Romagne, Toscane, Latium. Le tronçon sud de la Via Francigena, appelé la Via Francigena du Sud, est un itinéraire d’environ 900 km qui couvre cinq régions : Latium, Campanie, Basilicate, Molise et Pouilles. Le tronçon qui traverse la région du Latium est long d’environ 420 km.

L’ensemble du document peut être consulté en cliquant ici.

Catégories
News_fr

La commune de Saint Maurice (CH) devient membre de l’AEVF!

C’est une petite commune du Canton du Valais, mais son importance stratégique est grande. Saint-Maurice se trouve le long de la Via Francigena suisse, exactement à mi-chemin de l’itinéraire emprunté par Sigéric lors de son voyage à Rome. L’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena s’enrichit ainsi d’un élément institutionnel important. L’AEVF lui souhaite la bienvenue ainsi qu’à ses représentants !

C’est la 51ème étape de l’itinéraire de Sigéric. À l’époque romaine, Saint-Maurice s’appelait Agaunum et était situé dans un goulot d’étranglement formé par le Rhône, assumant ainsi un rôle de grande importance stratégique. La célèbre légion thébaine, dirigée par Maurice, y était stationnée et y a été exterminée au IIIème siècle pour avoir refusé de prêter serment aux dieux avant la bataille après s’être juste convertis au christianisme. Le martyre de Saint Maurice et de la légion a fait de l’ancien Agaunum un haut lieu de pèlerinage sur la Via Francigena reliant Canterbury à Rome.

L’Abbaye Saint-Maurice a été fondée en 515 sur la tombe des martyrs par Sigismond, fils du roi des Bourguignons. Dès lors, l’Abbaye a joué un rôle important, devenant le centre de vénération des martyrs et la principale abbaye du royaume de Bourgogne, ainsi qu’une destination de pèlerinage. L’abbaye de Saint-Maurice est ainsi devenue le plus ancien monastère chrétien d’Occident et fonctionne sans interruption depuis sa fondation. La commémoration de la Saint-Maurice chaque 22 septembre et le Laus perennis, la prière perpétuelle des chanoines sur les tombes des martyrs, une coutume qui se perpétue jour après jour depuis 1500 ans, témoignent de ce passé.

Aujourd’hui encore, Saint-Maurice est le siège d’institutions ecclésiastiques et est connu pour sa basilique et son trésor, qui contient de rares chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie sacrée. Les guerres, les incendies et les chutes de pierres ont détruit à plusieurs reprises les oratoires à destination funéraires, les églises et les bâtiments monastiques construits au IVème siècle au pied de la falaise qui surplombe le site. L’église a été détruite en 574 lors d’un raid des Lombards. Elle a été reconstruite et agrandie selon le même plan sous le roi S. Gontrano (561-592). De nombreuses phases de reconstruction et d’extension ont suivi.

Le Trésor de l’Abbaye, l’un des plus riches d’Europe, est essentiellement constitué de reliquaires, parmi lesquels, par exemple, le Vase dit « de Saint Martin » datant du VIIe siècle après J.-C., le coffret de Teuderico datant également du VIIème siècle, l’aquamanil dit « de Charlemagne » datant du IXème siècle et le sac dit des Saints Innocents et Candido, qui est le dernier objet conservé ayant enrichi le trésor jusqu’au XIIème siècle.

Un petit bijou de la nature, rempli d’art et d’histoire. Pièce précieuse de la Via Francigena au cours des siècles passés et qui, nous en sommes sûrs, continuera à jouer un rôle central sur le chemin, comme c’est le cas depuis des décennies. Aux côtés de l’AEVF !

POUR PLUS D’INFORMATIONS

– L’Abbaye de Saint-Maurice : 1500 ans d’existence ininterrompue

Le Château de Saint-Maurice

– Informations techniques de l’étape Via Francigena Suisse 07 Aigle – Saint Maurice

– Informations techniques de l’étape Via Francigena Suisse 08 Saint Maurice – Martigny

Catégories
News_fr

L’AEVF participe à la réunion de lancement du projet rurAllure

Du 11 au 13 janvier 2021, l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena AEVF a participé à la réunion de lancement du projet Européen « rurAllure » : Promotion des musées ruraux et des sites patrimoniaux à proximité des chemins de pèlerinage européens« .

Ce projet vise à encourager la coopération culturelle et le tourisme le long des chemins de pèlerinage historiques. Il s’appuie sur les technologies de l’information les plus récentes afin de promouvoir les musées ruraux et les sites patrimoniaux à proximité des grands itinéraires de pèlerinage européens. L’objectif est de favoriser la symbiose entre le milieu rural et les chemins de pèlerinage afin d’enrichir l’expérience culturelle du pèlerinage par le vaste patrimoine culturel des zones rurales qui passe le plus souvent inaperçu.

La réunion de lancement, qui a été menée sous forme numérique, a rassemblé les partenaires et les associés du projet sous la direction de l’université de Vigo. Les 16 organisations et institutions de recherche européennes de pointe, dont l’AEVF, participent à ce projet ambitieux, en travaillant sur des stratégies communes et en développant les pilotes du projet : le patrimoine littéraire sur les chemins de Saint-Jacques, le patrimoine thermal sur le chemin de Rome, le patrimoine ethnologique sur les chemins de Saint-Olaf et le patrimoine naturaliste sur le chemin de Marie.

Au cours de la réunion de trois jours, l’aperçu du projet a été présenté, ainsi que les descriptions des pilotes et les contributions des partenaires. Les participants ont également eu l’occasion de faire connaissance et de présenter les activités de leurs organisations respectives.

L’AEVF participe au projet pilote « Patrimoine thermal sur le chemin de Rome » avec la Via Romea Strata et la Via Romea Germanica sous la direction académique de l’Université de Bologne. Ce projet pilote est axé sur l’identification du patrimoine thermal et culturel le long des itinéraires, la création d’un réseau de sites patrimoniaux et de musées, et leur promotion.

L’association est également en charge des stratégies de communication pour le développement de l’ensemble du consortium et dirigera la diffusion des résultats.

Plus de détails sont disponibles en suivant le lien : https://www.viefrancigene.org/en/rurallure-2/

 

 

Ce projet a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne dans le cadre de la convention de subvention n° 101004887

Catégories
Actualités News_fr

ERASMUS. Début d’une expérience internationale pour 100 jeunes diplômés avec le soutien de l’AEVF

Présenté le 5 octobre au Palazzo Farnese de Plaisance, le projet biennal de mobilité transnationale « F.O.R.R.Es.T. 2.0 – FOsteR an euRopEan identity through the Trainees mobility », dont l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena (AEVF) a remporté l’appel pour la deuxième année consécutive.

« F.O.R.Es.T 2.0 » offre à une centaine de jeunes diplômés des écoles italiennes situées le long de la Via Francigena la possibilité d’acquérir une expérience professionnelle dans le domaine du slow tourisme. Ils partiront pour 62 jours en France, au Royaume-Uni ou en Espagne grâce à la contribution de la Commission Européenne, par l’intermédiaire de l’AEVF, mettra à leur disposition pour soutenir leurs frais de voyage, de nourriture et de logement. L’ensemble du projet dure deux ans et s’adresse aux jeunes qui ont obtenu leur diplôme entre 2020 et 2021. Les stages se dérouleront dans l’année qui suit l’acquisition du diplôme.

L’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena (AEVF) est à la tête d’un consortium de quinze établissements d’enseignement dans la Vallée d’Aoste, le Piémont, l’Émilie-Romagne, la Toscane, le Latium, la Campanie, la Basilicate et les Pouilles. Les partenaires du projet sont également la Région de Toscane, l’Agence de promotion touristique de la province de Turin, l’Association italienne des auberges de jeunesse et Radio Francigena. Le partenaire technique du projet est Euro Glocal s.r.l.

Les intervenants à la conférence de presse étaient Jonathan Papamarenghi, conseiller pour le tourisme, la culture, les projets européens de la municipalité de Piacenza et Massimo Tedeschi, Président de l’AEVF. Le projet a été présenté par Luca Bruschi, Directeur de l’AEVF.

 

Dans les prochaines semaines, des journées d’information spécifiques dans les écoles et des espaces d’information dans les écoles seront lancées et l’appel à projets sera publié.

Les départs se feront évidemment en suivant scrupuleusement le protocole des recommandations sanitaires post-covid et seront convenus avec l’État et les écoles.

Catégories
Actualités News_fr

Marche avec nous! Samedi 17 octobre participe à la randonnée « I love Francigena »

17 octobre 2020 randonnée de Fornovo di Taro à la Corte di Giarola, Collecchio (Parme, Italie). Un itinéraire pour découvrir la nouvelle variante de la Via Francigena de Fornovo di Taro à Collecchio.

 

« I love Francigena » est une série d’événements annuels qui met en valeur l’itinéraire culturel de la Via Francigena et offre l’occasion unique de découvrir des tronçons de l’itinéraire à travers son patrimoine culturel et naturel et les produits gastronomiques locaux.

20 PLACES DISPONIBLES, CLÔTURE DES INSCRIPTIONS LE 17 OCTOBRE: INSCRIVEZ-VOUS ICI

L’événement est organisé par l’AEVF avec la contribution de la Fondation Cariparma et le soutien de : Municipalité de Parme, Municipalité de Collecchio, Municipalité de Fornovo Di Taro, Municipalité de Sala Baganza.

L‘objectif principal est de promouvoir le chemin sur la Via Francigena à travers une série d’activités :

La typique journée « I love Francigena » est structurée par une marche de 10 à 20 km (selon le tronçon de la Via Francigena) avec l’accompagnement d’un guide local qui raconte le territoire et ses points critiques au niveau culturel et environnemental, en s’arrêtant aux endroits les plus importants de la randonnée. La randonnée est gratuite et le transport  est organisé en bus, ou il est possible de choisir des lieux d’arrivée qui permettent l’utilisation du train.

L’AEVF organise « I love Francigena » depuis 2017. Les activités ont déjà été menées en collaboration avec la région Lombardie, l’Émilie-Romagne (également dans le cadre de « I love cammini« ) en Italie et la région Bourgogne – Franche-Comté en France. Les administrations locales traversées et les associations participent et soutiennent l’événement.

LE PROGRAMME DU SAMEDI 3 OCTOBRE – INSCRIVEZ-VOUS ICI

Après avoir visité la splendide église paroissiale de Santa Maria Assunta à Fornovo, qui conserve sur sa façade la célèbre statue du pèlerin médiéval, nous entrons dans les sentiers du parc du Taro. Nous longeons le canal Naviglio Taro, entouré d’un « tunnel vert » de flore riveraine. Voici la splendide Corte di Giarola avec ses musées, où l’on découvre l’histoire du parc du Taro et l’écosystème fluvial.

Dispositions anti-Covid :

Chaque participant est tenu d’avoir avec lui des dispositifs de protection individuelle de la santé et de se présenter au point de rencontre avec l’autocertification suivante déjà effectuée. Veuillez consulter la brochure d’information de l’Association italienne des guides de randonnées écologiques (AIGAE). Les documents cités sont disponibles sur le site www.viefrancigene.org

Vêtements :

Sac à dos avec des en-cas et une bonne réserve d’eau (recommandé 1 litre et demi par personne). Chaussures de trekking (semelle vibrante recommandée, visitez le site web du sponsor technique Garmont). Recommandé : cape imperméable.

Informations techniques :

Longueur 9,8 km, différence de hauteur positive de 70 mètres, durée 3 heures (arrêts exclus).

Difficulté :

touristique (facile)

Point de rencontre :

14h30 à Fornovo di Taro

Point de départ de Google : https://goo.gl/maps/6yHMyjDgaQaa5WFJA

Pieve di Santa Maria Assunta, Via Cesare Battisti, 7, 43045 Fornovo di Taro (PR)

Arrivée prévue:

17h30-18h00 à la Corte di Giarola (Collecchio)

Catégories
Actualités News_fr

Garmont – Sponsor Technique de l’Association Européenne de la Via Francigena (AEVF)

Garmont et l’AEVF sont unis par la passion de la marche et le désir de sortir de l’ordinaire. D’où l’accord au profit des pèlerins de la Via Francigena : pour eux une réduction de 20% sur les chaussures de la célèbre marque de l’outdoor.

Le pèlerinage a toujours été une redécouverte de l’essentiel. Lorsque l’on entreprend un voyage, la première chose à laquelle on pense en préparant un sac à dos n’est pas « que dois-je apporter », mais « que puis-je laisser à la maison ». Vous vous concentrez donc sur l’essentiel et exigez le maximum de chaque accessoire.

La légèreté, le confort et les performances sont des caractéristiques essentielles pour le pèlerin qui parcourt des centaines de kilomètres. L’AEVF a toujours pris soin de fournir à ses marcheurs toutes les informations utiles et, parmi celles-ci, une est sans doute plus essentielle que les autres : quelles chaussures porter.

Chaussures de randonnées, basses ou hautes. Chaque marche est différente, chaque pèlerin a ses propres besoins, mais ils partagent tous une condition : la qualité absolue. De ces prémisses est né l’accord avec Garmont : sponsor technique officiel de l’AEVF.

La société de Vedelago (province de Trévise en Italie) est réputée pour ses chaussures de haute performance pour l’alpinisme, la randonnée et d’autres activités de plein air. Pour toute personne qui aime le côté actif de la vie, Garmont développe des produits innovants et de qualité caractérisés par son ADN technologique.

Garmont s’est toujours engagé à produire des chaussures capables de résister aux aventures les plus exigeantes, comme par exemple le long voyage de la Via Francigena : cette ancienne route qui, pendant des milliers d’années, a conduit les pèlerins à Rome en suivant l’itinéraire historique tracé par l’archevêque Sigeric, qui a quitté Canterbury et est arrivé à pied à la Ville éternelle. Aujourd’hui, l’itinéraire officiel mesure plus de 3 200 km à travers l’Angleterre, la France, la Suisse et l’Italie.

Le slogan de Garmont « Stay Wild » incarne bien certains des principes de l’AEVF, tels que le désir et la capacité de franchir les limites de son ordinaire, l’aspiration à franchir les frontières physiques, mentales et psychologiques. Pour tous ceux qui aiment le côté actif de la vie et partagent une passion pour la marche, Garmont développe des chaussures innovantes de haute qualité, caractérisées par des technologies conçues pour donner un avantage supplémentaire dans la réalisation de leurs objectifs.

L’entreprise est également particulièrement attentive aux questions de responsabilité sociale et d’exploitation consciente des ressources et soutient d’importantes missions internationales de protection de la faune et de la flore sauvages. Autant de philosophies que l’AEVF partage sans réserve et qui ont été importantes dans le choix du partenaire technique.

COMMENT BÉNÉFICIER DE LA RÉDUCTION DE 20 % :

Faire son achat à travers le site officiel de Garmont.

Saisissez le code de promotion PILGRIMSHOES avant de finaliser votre commande.

Catégories
Actualités News_fr

L’AEVF remporte l’appel à projets HORIZON 2020

Avec l’Université de Vigo, chef de file d’une équipe de différents organismes, dont l’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena et d’autres acteurs impliqués dans l’innovation et la recherche, ont remporté le prestigieux appel à projets européen HORIZON 2020.

La subvention de la Commission Européenne est accordée pour mettre en œuvre le projet « rurALLURE – Promotion des musées et des sites du patrimoine rural à proximité des chemins de pèlerinage européens ».

Ce projet vise à promouvoir la coopération culturelle et le tourisme le long des routes historiques. L’AEVF participe à l’essai pilote du patrimoine thermal le long de la route de Rome avec Via Romea Strata et Via Romea Germanica sous la direction académique de l’Université de Bologne. Le projet pilote se concentre sur l’identification du patrimoine thermal et culturel le long des itinéraires, la création d’un réseau de sites patrimoniaux et de musées et leur promotion.

L’Association est également responsable des stratégies de communication en matière de développement pour l’ensemble de la Commission et guidera pas à pas la diffusion des résultats.

Le projet débutera le 1er janvier 2021 pour une durée de 3 ans et avec un budget de 3 millions d’euros.

Voici une vidéo expliquant le projet https://www.youtube.com/watch?v=vpzR6mh8Tv8

Catégories
Actualités News_fr

Dernières mises à jour pour votre voyage sur la Via Francigena

La Via Francigena se prépare également à la « reprise » de ses sentiers, avec la plus grande précaution et avec un juste sens des responsabilités.

En ce qui concerne les tronçons du chemin, nous recommandons toutes les mesures de sécurité communiquées pour limiter la propagation du virus : distance sociale, masque, gel désinfectant, etc.

Mise à jour du 23 Juillet 2020

Veuillez consulter le règlement des voyageurs et la liste des hébergements ouverts le long du parcours. Cette cartographie, contenant des informations sur les structures d’accueil et les services des pèlerins, est régulièrement mise à jour par l’EAVF en collaboration avec les membres et les parties prenantes. Dans tous les cas, nous vous invitons à toujours contacter les structures à l’avance.

En ce qui concerne l’itinéraire divisé entre les quatre Pays, nous pouvons à ce jour résumer ainsi :

Italie

À partir du 3 juin 2020, l’Italie a autorisé la possibilité de se promener de région en région et ouvre également ses frontières aux touristes non italiens. Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire les lignes directrices jointes ci-dessous concernant la réouverture des Activités Économiques, Productives et Récréatives (Conférence des Régions et des Provinces Autonomes).

Vous trouverez ci-joint un résumé réalisé par le groupe « Io Cammino In Italia ».

Suisse

En ce qui concerne les sentiers et l’outdoor, il n’y a pas de directives particulières, car ils sont ouverts, la seule limite étant de ne pas être par groupes de plus de 5. Les hôtels et les restaurants sont soumis à une réglementation, disponible sur https://www.hotelleriesuisse.ch, (le site est disponible en italien et en anglais). En général, depuis le 11 mai 2020, la majorité des services sont déjà ouverts.

France

On peut de nouveau randonner, en continuant d’appliquer la distanciation et les gestes barrières (se laver très régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir, utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades).

Il n’y a plus d’attestation à avoir pour se déplacer. Le port du masque reste obligatoire dans les transports en commun et dans beaucoup de commerces. Les rassemblements sont encore interdits. Les restaurants, cafés, bars sont de nouveau ouverts depuis lundi, 15 juin 2020.

Veuillez consulter le lien pour lire les directives et recommandations fournies par la FFRandonnée: https://www.ffrandonnee.fr/actualites/18967/la-ffrandonnee-precise-les-conditions-de-reprise-de-la-randonnee-pedestre.aspx

Pour plus d’informations, voir le lien suivant : https://cms.ffrandonnee.fr/data/SIEGE/files/rando-indiv-deconfinement-5-juin.pdf

Angleterre

Pour l’instant, il n’y a pas d’indications précises quant à la praticabilité des sentiers. Nous vous invitons à consulter le règlement défini par l’organisme qui gère les National Trails:

https://www.nationaltrail.co.uk/en_GB/trails/north-downs-way/

 

IoCamminoInItalia_Indicazioni utili_min.pdf

ITA_Dpcm-11-giugno-2020-covid-19.pdf

Catégories
Actualités News_fr

L’accueil des pèlerins repart. Un signal positif!

La Via Francigena redémarre et de nombreuses structures d’accueil rouvrent leurs portes, avec toujours le même enthousiasme. C’est merveilleux de voir à nouveau les pèlerins reprendre leur chemin après le confinement dans cette phase post-covid.

Après un lent redémarrage prévisible des structures d’hébergement des pèlerins et marcheurs, ces dernières semaines ont vu la réouverture de nombreux lieux d’hébergement, auberges, structures religieuses, ainsi que d’hôtels et de chambres d’hôtes situés le long du chemin. L’Association Européenne des Chemins de la Via Francigena met à jour chaque semaine les fiches d’hébergement, divisée en hébergement « pèlerins » et « touristique« . Ce travail est effectué quotidiennement par le personnel avec l’aide précieuse de bénévoles et d’associations.

Il est facile de deviner que pour de nombreuses structures, notamment celles qui ont une gestion familiale, auberges, foyers, gîte paroissial, la situation est complexe et pas facile à gérer en termes de gestion quotidienne, notamment en ce qui concerne la désinfection et le nettoyage. De plus, les coûts de gestion ont certainement augmenté dans cette phase qui requiert une grande attention, un sens des responsabilités et de précaution : il est essentiel de suivre attentivement les lignes directrices pour les structures d’accueil des quatre Pays traversés par le chemin. Mais si nous voulons que les structures continuent à accueillir, il est très important de laisser un don, ce qu’en règle générale (malheureusement !) 20% des pèlerins « oublient » de faire, ce qui déséquilibre tout le système de la Via Francigena.

Comment se déroule actuellement l’accueil le long du Chemin ? Certes, entre l’accueil des pèlerins et des touristes, les étapes sont bien fréquentées même si, dans la plupart des cas, les places disponibles sont réduites. Il ne faut pas oublier que, compte tenu de la situation, il est obligatoire cette année de réserver à l’avance.

La section française ne montre aucun point critique particulier pour l’hébergement, la plupart des structures, entre autres, n’ont pratiquement jamais interrompu l’activité. Le contrôle dans la section suisse confirme la disponibilité des lits dans les 200 km du parcours ; en outre, des efforts sont faits pour mettre en réseau de nouveaux gîtes paroissiaux.

Pour le tronçon italien, en partant du nord, les pèlerins peuvent être accueillis dans les cinq étapes, à la seule exception d’Aoste où, toutefois, il existe évidemment une alternative pour l’hébergement. De nombreuses structures ont rouvert au Piémont et plusieurs structures touristiques accueillent les pèlerins à prix réduits. La Lombardie a un petit « trou » entre la frontière avec le Piémont et Mortara (bien qu’à Palestro de la Torre Merlata il y ait, entre autres, la possibilité de dormir dans une tente). La situation est un peu plus critique en Émilie-Romagne où en plusieurs points, entre Plaisance et Berceto, les auberges n’ont pas encore rouverts. Cependant, dans les différentes étapes, il existe des hébergements touristiques qui offrent de bons tarifs aux pèlerins. En Toscane et dans le Latium, de nombreuses structures sont déjà actives depuis le mois dernier et de nouvelles ouvertures ont eu lieu récemment. En Toscane, les auberges « historiques » sont fermées dans les deux villes de Lucques et de Sienne, bien qu’il existe évidemment des alternatives entre le camping, la location de chambres et les installations touristiques traditionnelles.

Sur la Via Francigena del Sud, la situation de l’hébergement est mise à jour et suivie, tout comme l’itinéraire, la mise en sécurité et la signalétique, conformément au manuel européen de l’AEVF.

Il est possible de télécharger gratuitement le pdf avec les hébergements sur la page dédiée. Nous avons été informés que d’autres structures ouvriront à la fin du mois de juillet. Nous allons certainement mettre le fichier à jour.

Enfin, pour des informations générales sur l’itinéraire concernant l’Angleterre, la France, la Suisse et l’Italie, vous pouvez vous référer aux actualités mises à jour de manière constante sur la page d’accueil concernant les lignes directrices.

Catégories
News_fr news-fr-import Stats_fr

Chiffres et statistiques sur la Via Francigena pour comprendre et améliorer le chemin

Nous présentons ici une synthèse sur l‘évolution de la Via Francigena en 2019 à travers l’analyse d’un échantillon de 2.000 passeports de l’AEVF et quelques réflexions. Il s’agit d’estimations, non exhaustives, mais utiles pour stimuler la réflexion sur le potentiel de la Via Francigena. La Via Francigena, les itinéraires culturels et le système de sentiers pédestres représentent un exemple idéal de tourisme post-pandémie.

Nous vous invitons à consulter le document complet, disponible sur le lien suivant.

DONNÉES EN ÉVIDENCE

  • La Via Francigena devient toujours plus internationale : les personnes viennent de plus de 60 pays! En Europe, à part l’Italie, les principaux visiteurs de l’itinéraire sont français, allemands et suisses ;
  • En provenance d’Amérique, les États-Unis et le Canada sont en augmentation. En Asie, la Chine, la Corée du Sud et le Japon sont en train d’émerger ;
  • À pied pour 80%, à vélo 19,7%, à cheval pour 0,3% ;
  • Le choix de l’hébergement est confirmé à 50 % dans les auberges, les autres 50 % dans des établissements offrant plus de services ;
  • Lieux de départ préférés : Col du Grand Saint Bernard, Lucques , Sienne, Fidenza et Pavie en Italie. Lausanne en Suisse ;
  • La Via Francigena accueille un public âgé de 16 à 80 ans. Le groupe des 25-34 ans s’agrandit ;
  • Le profil du pèlerin : instruit, passionné par la culture et la nature, curieux, en quête d’expérience, passioné par la bonne cuisine en cours de route ;
  • Le nombre de services et d’entreprises qui soutiennent la Via Francigena augmente ;
  • La Via Francigena favorise le développement de l’économie des territoires ;
  • Le nombre de marcheurs est estimé à 50 000 en 2019, répartis le long du parcours européen ;

Sur le site www.viefrancigene.org plus de 4 millions de pages ont été visitées et 620 000 utilisateurs ont été enregistrés ;

PASSEPORTS OFFICIELS. Le nombre de points de distribution des passeports de l’AEVF a augmenté, grâce aussi à la collaboration de nombreux offices de tourisme et associations locales. Ce nombre est passé de 52 à 74 le long du parcours européen. Les nouveaux points de distribution comprennent, entre autres, Canterbury en Angleterre, Paris, France, Orsières en Suisse, Aoste, Milan, Viterbe en Italie. Pour la section Sud, il y a Monte Sant’Angelo et Barletta. Les points de distribution des passeports officiels représentent un enjeu très important car ils sont en fait le premier point de contact des pèlerins avec le monde de la Via Francigena.

LE PROFIL DE QUI VOYAGE. Le moyen de transport ? À pied pour 80%, à vélo pour 19,7% et à cheval pour 0,3%. L’âge moyen des participants est réparti comme suit : 8% entre 18 et 24 ans ; 21 % entre 25 et 34 ans, 18 % entre 35 et 44 ans, 19 % entre 45 et 54 ans, 22 % entre 55 et 64 ans, 10 % . Jeunes de moins de 17 ans 2 %.

La proportion d’hommes et de femmes inscrits était respectivement de 52% et 48%.

Les mois de départ préférés sont, dans l’ordre d’importance, août (19 %) et septembre (16 %), avril (12 %) et octobre (12 %). Les mois froids, de décembre à janvier, ont rassemblé plus de 10% des marcheurs.

La nationalité de référence détectée par les passeports de l’AEVF était majoritairement italienne (70%), ce qui confirme trois facteurs : une tendance croissante dans la péninsule d’un tourisme fait d’expérience, d’outdoor et de marche ; la méconnaissance de la Via Francigena en dehors de l’Italie ; dans certains pays, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, où les tours-opérateurs et les associations distribuent leurs propres passeports. En ce qui concerne les nationalités les plus présentes sur la Via Francigena en Europeon retrouve par ordre décroissant : France, Allemagne, Suisse, Espagne, Angleterre, Pays-Bas, Danemark et Belgique. D’Amérique, les États-Unis et le Canada sont principalement les pays de référence pour la partie nord et le Brésil et l’Argentine pour la partie sud. En provenance d’Asie, il y a une augmentation significative des pèlerins de Chine, de Corée du Sud et du Japon. L’Australie se confirme comme un continent « ami » de la Via Francigena avec un flux constant de pèlerins sur tout le tracé européen de l’itinéraire. Au total, plus de 60 Pays sont représentés sur l’itinéraire, dont Singapour, Nouvelle-Zélande et Taïwan. Il existe un énorme potentiel de croissance qui, avec une action promotionnelle adéquate, peut multiplier dix fois le nombre actuel de la Via Francigena.

LE DÉPART, UNE DESTINATION, PLUSIEURS DESTINATIONS. Données intéressantes sur les différents points de départ de la Via Francigena en Italie. Dans l’ordre : Col du Grand Saint Bernard 17%, Lucques 15%, Sienne, Fidenza et Pavie 6%. Suivi ensuite par Acquapendente, Viterbe. Cependant, il existe de nombreux lieux de départ dans chacun des quatre Pays et ils sont tous bien reliés avec les moyens de transport qui permettent de se rendre facilement à un endroit. En Suisse, Lausanne est confirmée comme le lieu le plus populaire pour commencer le voyage.

En ce qui concerne la destination finale du voyage, la ville de Rome et la Basilique Saint-Pierre au Vatican ont été le point d’arrivée de 48 % des voyageurs. Les autres destinations intermédiaires sont principalement les destinations toscanes, telles que Monteriggioni, Sienne, Lucques, Pontremoli, ou Ivrée dans le Piémont ou Viterbe dans la région du Latium. Compte tenu du développement de la Via Francigena dans le Sud de l’Italie, d’autres destinations telles que Monte Sant’Angelo, Bari, Brindisi, Santa Maria di Leuca dans les Pouilles peuvent être établies.

LES MOTIVATIONS. Quelles sont les motivations des pèlerins ? Les motivations spirituelles sont confirmées, liés à la recherche et à un contexte immatériel qui se combine bien avec l’expérience du voyage à pied. La motivation spirituelle, pour l’essentiel, se conjugue avec celle du tourisme culturel. Parmi les principales motivations exprimées figurent celles du partage. Ensuite, il y a celles liées au tourisme, à la nature et au sport, à la religion.

D’une certaine manière, la tendance 2022 confirme ce qui a déjà été enregistré, par exemple la préférence pour la marche par rapport au vélo, et la nationalité des pèlerins confirme l’attrait de la Via Francigena principalement pour les Italiens, bien que l’intérêt pour la route augmente à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe. Parmi les motivations qui poussent à entreprendre le voyage, il y a toujours une composante spirituelle pour certains, mais les raisons sont surtout liées à un désir prépondérant de faire l’expérience de la nature en pratiquant un sport et, dans une large mesure, de découvrir de nouveaux goûts et de nouvelles saveurs.

L’expérience de la Via Francigena est un voyage partagé, car beaucoup partent en groupe ou à deux. En effet, même pour les pèlerins les plus expérimentés, vivre la marche ensemble permet d’affronter les beautés et les difficultés en partageant les émotions, ce qui rend l’expérience inoubliable. Au fil du temps, des groupes se sont créés et développés, également en ligne, pour l’échange de conseils et d’informations, ainsi que de récits de voyages le long de la Via Francigena. À cet égard, l’application All Trails peut certainement être utile, car elle permet d’échanger des suggestions et des rapports sur les itinéraires de randonnée et de télécharger des cartes, qui peuvent également être utilisées hors ligne, ainsi que des photos de son voyage en temps réel.

Les données sur les nuitées recueillies dans certaines auberges ont été analysées par échantillon afin de comprendre la tendance de ces établissements sur la base de la comparaison avec l’année précédente : Ivrée et Verceil 1204 (+5%), Senna Lodigiana 600 (+20%), Fidenza 880 (+6%), Cassio, Aulla et Gambassi Terme 5000 (+25%). Il convient de souligner qu’il existe désormais davantage de types de structures qui accueillent les pèlerins et les voyageurs partout, qu’il s’agisse de structures religieuses, d’auberges, de maisons d’accueil ou de chambres d’hôtes ou d’hôtels. En moyenne, on considère que 50% des gens préfèrent le premier groupe, l’autre moitié le second.

TEMPS DE MARCHE ET BUDGET. Quelle est la durée moyenne du voyage ? Le nombre moyen de jours dédiés à la marche est de 7. Chaque année, de nombreuses personnes reviennent sur le chemin, reprenant là où elles s’étaient arrêtées. Dans ce cas, le même passeport que les années précédentes est à nouveau utilisé. Le nombre de pèlerins, de voyageurs et de marcheurs est estimé à 50 000 en 2019 sur l’ensemble de l’axe Canterbury-Rome. Le budget moyen des déplacements à pied était de 50€/jour et de 60€/jour pour ceux qui se déplaçaient à vélo. Les retombées économiques autour de la Via Francigena sont estimées à environ 20 millions d’euros.

LES RÉPONSES À QUI MARCHE – UNE ÉQUIPE DISPONIBLE POUR LE PÈLERIN. 19 100 passeports de l’AEVF ont été distribuées en 2019 (en 2018, 16 900 ont été distribuées) grâce à la collaboration avec de nombreuses associations locales. Outre le travail de coordination, de suivi et de distribution des passeports, il existe également une importante activité de back office de l’équipe de l’AEVF pour répondre aux pèlerins en leur fournissant des informations, du matériel, des indications utiles sur le parcours dans les différentes langues. L’année dernière, 505 demandes ont été reçues au secrétariat, auxquelles s’ajoutent 460 autres demandes spécifiques à l’adresse électronique dédiée au « parcours » concernant les réponses sur le parcours ; enfin, plus de 250 demandes sont arrivées depuis la page Facebook de l’Association.

Ce sont des chiffres importants qui ont contribué à la croissance globale de la Via Francigena et, surtout, à une plus grande prise de conscience de l’importance d’avoir un seul itinéraire européen de 3 200 km qui implique maintenant aussi le Sud de l’Italie, jusqu’à Santa Maria di Leuca. La dimension européenne reste le principal atout de la Via Francigena, ainsi que sa capacité à rassembler 16 régions et 600 municipalités dans quatre Pays. Cela a un impact sur la complexité de la gouvernance, qui doit essayer de maintenir ensemble les spécificités, la beauté et le potentiel de chaque territoire tout en essayant de promouvoir l’ensemble du parcours. Plus la Via Francigena sera forte, plus chaque section régionale sera forte et plus la Via Francigena dans son ensemble sera forte.

LES PLUS GRANDS DÉFIS POUR L’AVENIR. Dans un avenir plus immédiat, il s’agira avant tout de savoir comment la Via Francigena et tout son système d’accueil, d’hébergement, de restauration, de services, pourront réagir à l’urgence sanitaire COVID toujours en cours, également en fonction des directives qui seront prises au niveau national. C’est un des points qui, entre autres, sera discuté par voie télématique avec le Comité Européen de Coordination Interrégionale Internationale (CECTI) convoqué par l’AEVF pour le 28 avril 2020. Dans cette phase d’incertitude, également pour le tourisme, il est important d’essayer de trouver des stratégies communes pour mieux affronter l’avenir de la Via Francigena, outdoor et à pied.

Les 10 points stratégiques pour le futur : la promotion internationale et améliorer le service d’accueil des pèlerins, notamment en ce qui concerne les auberges, les structures religieuses et les refuges pour les voyageurs. Une action et prise de conscience plus importante de la région Latium, la « Galice » de la Via Francigena, du rôle décisif qu’elle devra jouer pour faire décoller la Via Francigena. Dépenser au mieux les 20 millions d’euros que le Ministère italien du Patrimoine Culturel a mis à disposition sur tout le tronçon italien et perfectionner un système de maintenance du parcours sur échelle européenne. Mise en place nécessaire d’outils de communication et de story telling du chemin, comme aussi de retrouver les valeurs spirituelles du chemin de la Via Francigena en pensant au Jubilé 2025. Il sera nécessaire de créer un observatoire unique et un objectif à ne pas manquer sera la candidature européenne de la Via Francigena au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Il est fondamental de développer quelques itinéraires symboliques, qui peuvent être parcourus en 8-10 jours, comme par exemple Canterbury-Arras; Arras-Reims; Besançon-Lausanne; Martigny-Ivrée ou de Fidenza à Lucques. Consolider enfin la collaboration avec les associations « amis » et trail angels de la  Via Francigena pour son animation à l’échelle locale.

Luca Bruschi

Directeur de l’AEVF

Veuillez télécharger le document complet avec toutes les données, ci-joint en format téléchargeable.