Via Francigena

Catégories
News_fr

De Rome à Finisterre en parcourant 2 700 km à l’âge de 70 ans

Joaquin Balibrea, pèlerin de profession. « Chimo » est originaire de la ville espagnole de Murcie, et en juillet 2022, il a achevé un itinéraire de près de 3 000 km qui l’a mené de Rome à Finisterre en quatre mois, à une moyenne de 22 km par jour. Et ce n’était certainement pas sa première marche :  » Chimo  » a parcouru une douzaine d’itinéraires, d’environ 1 000 km chacun, pour atteindre la même destination au fil des ans : le tombeau de Santiago dans la célèbre cathédrale qui attire chaque année des millions de pèlerins. Cette fois, en croisant des tronçons de la Via Francigena entre les Alpes et de la Via Aurelia avec le Chemin espagnol, Chimo est allé plus loin pour atteindre Finisterre, considéré comme le bout du monde dans l’Antiquité.

« J’ai commencé à marcher il y a 20 ans par curiosité et maintenant je peux dire que je passe plus de temps à marcher qu’à la maison ! », a-t-il déclaré dans une récente interview publiée dans un magazine local. Une façon d’explorer le monde, qui est devenue sa vie : « c’est un voyage beaucoup moins cher que l’avion ou la voiture, qui ne dépend que de vos pieds et vous permet de défier vos peurs« .

L’équipe de rurallure.eu, avec laquelle l’association AEVF travaille pour promouvoir le patrimoine culturel le long des principales routes européennes, l’a contacté pour une interview exclusive, que vous pouvez lire ici.

Que l’histoire de Chimo soit une source d’inspiration pour tous ceux qui voudraient se lancer dans une randonnée mais ne savent pas par où commencer : une bonne préparation physique, un sac à dos léger mais complet (voici nos conseils) et… il ne reste plus qu’à mettre un pied devant l’autre et partir !

Catégories
News_fr

Participez au concours photo « Partagez votre voyage »

« Partagez votre itinéraire » est le titre du concours photo qui s’adresse aux pèlerins, marcheurs et touristes de toute l’Europe pour partager leur expérience sur la Via Francigena et d’autres itinéraires ! Pour participer, c’est très simple ! 

Suivez simplement les 3 étapes pour participer :  

1. Publiez un post sur Instagram, Facebook ou Twitter mettant en avant une expérience de voyage et un patrimoine culturel le long de la Via Francigena. 

2. Taguez le lieu, la page @rurAllure (Facebook, Twitter, Instagram) et la page @ViaFrancigena (Facebook, Twitter, Instagram) ainsi que les tags du concours #rurallure et #viafrancigena. Gardez votre profil public afin que nous ne manquions pas votre post. 

3. N’hésitez pas à partager un bref texte, décrivant une expérience personnelle, des conseils de voyage ou les émotions d’une visite – c’est un plus !  

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2022. N’oubliez pas de garder votre profil public, pour que votre publication ne nous échappe pas, ce serait vraiment dommage ! 

Le 7 novembre nous annoncerons les gagnants du concours : à gagner de nombreux lots gracieusement offerts par nos partenaires dont Ferrino, Garmont et bien d’autres marques expertes en matériel technique pour le voyage. 

Les pèlerins et les touristes ayant emprunté les chemins historiques énumérés ci-dessous sont invités à partager leurs photos de paysages, d’expérience de voyage et de patrimoines rencontrés sur leur chemin, en taguant la page @rurAllure et le tag du concours #rurallure sur les médias sociaux.  

Les posts publiés doivent mettre en scène un ou plusieurs des itinéraires suivants : 

Trop de photos à choisir ? N’hésitez pas à les publier toutes ! Une catégorie spéciale de prix est dédiée au pèlerin qui soumet le plus grand nombre de photos, ainsi qu’à l’auteur de la publication la plus inspirante. 

Les gagnants – auteurs des posts les plus beaux et les plus inspirants – recevront un pack personnalisé contenant de jolis gadgets pour la randonnée. 

Plus d’informations : Conditions générales d’utilisation. 

Dépliant 

L’AEVF collabore activement avec le projet européen rurAllure , qui a pour but la valorisation du patrimoine des chemins de pèlerinage de toute l’Europe, dont la Via Francigena.  

Catégories
News_fr

En route vers une Via Francigena accessible à tous

Samedi 9 juillet, notre association a organisé un atelier dédié aux aveugles à Bagno Vignoni, au cœur du Val D’Orcia en Toscane, pour rapprocher les personnes déficientes visuelles du patrimoine thermal à travers une série d’expériences sensorielles développées pour l’occasion par une équipe d’experts de l’Universidad Autónoma de Madrid.

Le village de Bagno Vignoni, connu pour sa « place d’eau » du XVIe siècle où coule une eau thermale à 50 degrés et pour son riche patrimoine thermal, fait partie du projet « Thermal Via Francigena » dont la municipalité de San Quirico d’Orcia est un membre officiel. Massimo Vita et Niccolò Zeppi, respectivement présidents des sections de Sienne et de Florence de l’Union italienne des aveugles et malvoyants, ainsi que Stella Funduleit, membre de l’association à Sienne, ont participé à l’initiative.

Marco Bartoli et Virginia Pecci, respectivement adjoint au maire et responsable du tourisme de la municipalité de San Quirico d’Orcia, ont accueilli le groupe et ont donné le coup d’envoi des travaux :  » Nous pensons qu’il est fondamental d’essayer de comprendre les besoins de chaque type de public, car ce paysage appartient à tous, sans exclusion « , a déclaré Bartoli. « Grâce à cette rencontre, il a été possible de jeter les bases d’un projet très intéressant et tourné vers l’avenir, qui nous a permis de regarder Bagno Vignoni d’un autre point de vue, en optimisant les efforts pour que notre patrimoine soit à la portée de tous« . À partir de là, nous avons suivi un bref excursus sur l’histoire du village et de sa piscine centrale, qui, au fil des siècles, a trouvé dans l’eau un élément d’une importance cruciale – comme le confirment les inscriptions dédiées aux divinités païennes puis chrétiennes. En contournant la place, le groupe a été guidé par le son de l’eau qui s’écoule de la piscine centrale dans le canal, aujourd’hui partiellement couvert, et qui jaillit ensuite dans le Parco dei Mulini.

En appui à la promenade, quelques cartes en relief et des modèles 3D réalisés par le géologue Riccardo Rocca ont permis aux participants de comprendre la conformation géographique et la composition géologique, notamment les dénivelés et les indications en braille.

« Il ne s’agissait pas d’une visite guidée, mais d’un moment partagé où les réactions des personnes présentes ont eu un poids fondamental dans la création d’un itinéraire de plus en plus accessible aux personnes ayant un handicap visuel et à tous ceux qui veulent marcher« , a expliqué Simona Spinola, responsable de la communication de viefrancigene.org. L’atelier itinérant, dont le groupe de participants s’est montré très satisfait, tout en fournissant des indications pour le développement du projet et en soulignant la nécessité d’améliorer le sentier dans la campagne, s’est conclu par une « dégustation sensorielle » de certaines eaux recueillies dans des sites thermaux le long de la Francigena et d’autres que l’on peut acheter au supermarché, afin de comprendre leurs propriétés et caractéristiques à travers les odeurs et le goût.

L’équipe espagnole, composée de l’archéologue Silvia González Soutelo, de la géographe Laura García Juan et du géologue Miguel Gómez-Heras, a souligné que la connaissance inclusive est un moyen important d’atteindre les objectifs de développement durable : selon la philosophie « rien n’est fait pour nous, sans nous », les personnes handicapées sont un élément fondamental de la création de contenus de diffusion inclusifs et non de simples destinataires. L’initiative s’est déroulée dans le cadre du projet européen Horizon 2020 rurAllure, né pour cartographier et diffuser le patrimoine rural et le tourisme durable à proximité des principales routes de pèlerinage en Europe.

Catégories
News_fr

Le nouvel accord avec Flixbus pour voyager sur la Via Francigena à un prix réduit

À partir d’aujourd’hui, les pèlerins de la Via Francigena pourront utiliser les services de FlixBus pour se déplacer entre plus de 40 étapes du parcours, ou rentrer chez eux à la fin de leur marche à un prix spécial – avec la possibilité de transporter également leurs vélos. 

Pour bénéficier de la réduction, il suffira d’avoir la crédenciale Via Francigena, le document officiel qui certifie, par des tampons, le passage du pèlerin par les différentes étapes du parcours. En suivant la procédure indiquée sur le site de l’Association, en quelques étapes seulement, les pèlerins pourront obtenir les réductions qui leur sont dédiées pour les réservations via l’application gratuite FlixBus

Grâce aux nombreuses intersections entre le réseau de FlixBus et la Via Francigena, il sera possible de rejoindre (ou de quitter) plus de 40 arrêts le long du parcours en Italie, en Suisse, en France et en Angleterre avec les célèbres bus verts. Parmi ceux-ci, plus de 30 arrêts sont situés en Italie, et comprennent des villes comme Rome, Turin, Bari, Parme, Sienne et Matera, mais aussi des endroits plus petits et plus éloignés comme Oulx, dans le Val di Susa, ou Candela, dans la région de Foggia. Ceux qui parcourent la Via à vélo bénéficieront également de l’accord, grâce à l’extension du transport à vélo à 75% de la flotte de FlixBus. 

L’accord entre cet opérateur et notre association vise à encourager les formes de tourisme vert à la portée de tous les budgets, en valorisant des itinéraires innovants pour mieux promouvoir le patrimoine le long du parcours. 

« Il s’agit d’une collaboration importante qui offre un service utile aux milliers de pèlerins qui parcourent la Via Francigena. La connexion entre la marche et les moyens de transport public permet d’offrir aux voyageurs différentes alternatives pour rejoindre leur point de départ, les points intermédiaires ou pour rentrer chez eux à la fin de l’expérience. Il s’agit d’un partenariat technique basé sur la durabilité et le respect de l’environnement – des éléments qui sont étroitement liés à la philosophie de la Via Francigena », a déclaré le président de l’association, Massimo Tedeschi. 

« Nous sommes heureux de signer un accord avec l’Association européenne des chemins de la Via Francigena qui, nous en sommes certains, nous permettra de contribuer davantage à la relance du tourisme en Italie dans une perspective durable », a déclaré Andrea Incondi, directeur général de FlixBus Italia. « Nous voulons continuer à faire notre part pour relier les gens au territoire et au patrimoine inestimable qu’offre notre pays, en valorisant les zones qui sont normalement moins fréquentées par les flux touristiques : de cette façon, le potentiel de nos trésors cachés ne restera pas inexprimé ». 

Catégories
Actualités

Sortie du docufilm sur le voyage à pied le long de la Via Francigena

À l’occasion du premier anniversaire de « Via Francigena. Road to Rome 2021. Start Again », la course de relais de 3 200 km parcourue l’été dernier devient un docufilm avec les histoires, les projets de valorisation du territoire et les témoignages de vie des voyageurs le long de l’itinéraire épique de Canterbury à Rome, jusqu’au « Finibus terrae » de Santa Maria di Leuca, dans les Pouilles.

La marche européenne a débouché sur la production d’un docu-film rendant hommage aux quatre mois mémorables de marche à travers l’Angleterre, la France, la Suisse et l’Italie sur le parcours historique de Sigeric, à l’occasion du 20e anniversaire de l’Association européenne de la Via Francigena.

Voulez-vous regarder le docufilm ?

Inscrivez-vous pour le regarder maintenant en CLIQUANT ICI.

Si vous êtes une administration publique ou une association et que vous souhaitez organiser une projection du docufilm, ENVOYEZ VOTRE DEMANDE.

« L’année dernière, avec cette grande traversée de plus de 3000 kilomètres – dont les deux tiers en Italie – nous avons parié sur le redémarrage du slow tourisme : les données confirment que ‘start again !’ – le slogan de l’initiative – était de bon augure et le nombre de personnes qui parcourent la Via Francigena, en Italie et dans d’autres pays, le confirme. L’action visant à soutenir la candidature de la Via Francigena au patrimoine mondial de l’UNESCO a également obtenu des résultats importants », a déclaré Massimo Tedeschi.

Plus de 3 500 voyageurs ont suivi la route de Rome à pied, ainsi que 28 blogueurs, 11 vidéastes et des dizaines de journalistes, sans oublier les influenceurs Tik Tok, les youtubers et les Instagrammeurs. En plus de 16 vidéos régionales, 55 réels, 1000 photographies haute résolution, 117 articles de blog en anglais, italien et français, 117 podcasts, un magazine entièrement dédié à l’événement, 500 articles publiés dans la presse internationale.

Les chemins humains ont été révolutionnés au cours du voyage, comme l’a raconté Myra Stals, le visage de Road to Rome, qui a parcouru l’ensemble du parcours, le décrivant comme « une expérience qui a impliqué tout le corps et la tête, parce que marcher chaque jour à travers 16 régions et 638 municipalités était une expérience faite avec le cœur. Je fais appel à l’esprit d’initiative de tous les jeunes pour qu’ils trouvent l’espace et l’envie de se mettre en route ».

Par rapport à 2019, on constate une nette augmentation du nombre de jeunes qui décident de marcher sur la Francigena : les moins de 17 ans représentent 5% (2% en 2019) tandis que 13% sont dans la tranche d’âge 18-24 ans. Le pourcentage le plus élevé se trouve dans la classe des 45-54 ans (21%). La présence des jeunes sur le parcours est un élément de grande importance qui témoigne de l’attrait de ce voyage expérientiel et culturel, même pour un groupe cible qui, jusqu’à présent, était peu présent sur la Via Francigena. L’itinéraire est déjà visité par des randonneurs de 80 pays du monde entier : un succès dans lequel la présence croissante des femmes a été déterminante, avec en plus la marche relais d’un groupe de pèlerins littéraires sans précédent de la communauté « Ragazze in Gamba » d’Ilaria Canali.

Le docufilm « Road to Rome », présenté à Rome au siège de l’ENIT – Agence italienne du tourisme, a été suivi par le ministre du tourisme Massimo Garavaglia, la directrice de l’ENIT Roberta Garibaldi, la directrice du marketing et de la promotion de l’ENIT Maria Elena Rossi, ainsi que Massimo Tedeschi, président de l’AEVF, Sergio Valzania, écrivain et historien, et Myra Stals, responsable des médias sociaux de l’AEVF.

« Des chemins qui font que le voyage est très répandu. Un fil rouge qui est une histoire faite de personnes qui se rencontrent le long du chemin et qui marque un retour à des expériences réelles, chargées d’attentes et d’émotions qui ont été renforcées avec l’arrivée en Italie du relais « Road to Rome » par l’impact tangible avec la péninsule et un mode de vie unique dans le monde », déclare l’administratrice déléguée de l’Enit, Roberta Garibaldi.

Intesa Sanpaolo, le principal partenaire du projet, a également apporté son soutien à la présentation. Intesa Sanpaolo a en effet soutenu avec enthousiasme ce voyage passionnant à la découverte de lieux et de villages enchanteurs, convaincue que la promotion du tourisme culturel et durable, qui valorise le patrimoine artistique et culturel des différents territoires, peut également avoir des retombées importantes en faveur de communautés et de zones géographiques parfois moins connues du grand public mais non moins intéressantes et riches en opportunités.

Le Road to Rome a été rendu possible grâce aux principaux sponsors et partenaires tels que ENIT, Intesa Sanpaolo, SNAM et Puglia Promozione, ainsi qu’au soutien précieux des régions, des administrations, des associations locales et de nombreux partenaires or, argent, bronze et techniques.

Voir la liste des partenaires officiels

Le docufilm sera mis à la disposition de tous les membres de l’Association européenne de la Via Francigena (municipalités et associations locales) et des partenaires du projet et sera bientôt sur les canaux officiels de www.viefrancigene.org avec les trois versions en italien, français et anglais.

Catégories
News_fr

Le patrimoine thermal de la Francigena toscane, un défi à relever

Dans la matinée du 19 mai, une réunion technique informelle s’est tenue à Florence, au siège de la Région Toscane, pour discuter du projet de candidature de la Via Francigena au patrimoine mondial. Il s’agissait d’une réunion opérationnelle organisée par l’AEVF pour planifier les actions futures suite à l’étude thématique européenne qui a déjà été réalisée.

La journée s’est poursuivie par une table ronde, également organisée par l’AEVF, portant sur le projet Thermal Via Francigena et le partage des activités au sein du projet européen rurAllure. L’un des domaines de recherche de rurAllure met précisément en lumière le patrimoine thermal qui est touché par la route toscane de la Francigena. Les partenaires de recherche que sont l’Université de Bologne, l’Université de Padoue, l’Iuav de Venise, l’UAM Universidad Autonoma de Madrid et la Fondation Homo Viator y contribuent activement avec l’AEVF. Elena Dubinina, responsable des relations internationales, Simona Spinola, responsable de la communication, et Nicole Franciolini, assistante de projet, ont participé à la présentation.

La réunion a également été une occasion importante pour parler de l’éducation à l’environnement, du tourisme durable, de l’implication des communautés locales, de l’entretien de l’itinéraire, de sa facilité d’utilisation grâce à l’amélioration des transports publics et, enfin, de tous les aspects liés à la promotion de l’itinéraire.

Ont participé à la table ronde Federico Eligi, conseiller au Bureau du Cabinet de la Région Toscane ; Carolina Taddei, conseillère à la culture de San Gimignano ; Marco Bartoli, adjoint au maire de San Quirico d’Orcia ; Erica Formichi, conseillère municipale de Castiglione d’Orcia ; et Paolo Campinotti, maire de Gambassi Terme. Le président Massimo Tedeschi et le directeur Luca Bruschi étaient présents pour l’AEVF.

« Les sources thermales deviennent une richesse au sein de l’offre touristique locale et rendent donc la Via Francigena plus attractive, offrant encore plus d’intérêt à ses pèlerins. La Via est donc plus forte si elle est liée au tourisme thermal. C’est exactement l’objectif du projet rurAllure« , a souligné le président de l’AEVF, Massimo Tedeschi.

Parmi les idées proposées figure l’événement « I love Francigena Termale by rurAllure« , une randonnée de deux jours (28 et 29 mai) au cours de laquelle les participants découvriront à pied le patrimoine thermal et culturel situé le long des étapes reliant San Quirico à Castiglione d’Orcia et San Gimignano à Gambassi Terme. Cette initiative est gratuite et ouverte à tous : c’est la première d’une longue série d’événements destinés à valoriser un territoire si riche en opportunités.

Remplissez le formulaire pour participer

Catégories
News_fr

« I love Francigena termale by rurAllure » : venez avec nous à la découverte du patrimoine thermal en Toscane

Le printemps est de retour et avec lui, les randonnées organisées par notre association, gratuites, pour découvrir les villages, le patrimoine et les territoires traversés par la Via Francigena à un rythme lent.

Les prochains rendez-vous auront lieu les samedi 28 et dimanche 29 mai en Toscane, pour découvrir à pied les lieux du patrimoine thermal cartographiés grâce au projet européen rurAllure le long des étapes reliant San Quirico à Castiglione d’Orcia et Gambassi Terme à San Gimignano. Cet événement de deux jours, intitulé « I love Francigena termale by rurAllure« , permettra aux participants de s’immerger dans le caractère unique de deux étapes liées par la nature, l’histoire, l’art et la gastronomie – avec un accent particulier sur les sites thermaux situés à proximité du parcours, qui ont des origines étrusques et romaines.

Le Parco dei Mulini, où l’énergie produite par l’écoulement de l’eau des sources thermales était exploitée jusqu’à la fin du XIXe siècle ; l’unique place d’eau de Bagno Vignoni ; la source hypothermique de Bollori et Putizza sur les rives du Rio Casciani, près de Gambassi Terme ; ce ne sont là que quelques-unes des étapes les plus importantes de notre programme. Un guide certifié conduira le groupe et nous ne manquerons pas de moments de rafraîchissement à de nombreux points d’arrêt.

Pèlerins et marcheurs passionnés seront rejoints à pied par le personnel de rurAllure et de l’AEVF, des institutions et associations locales qui promeuvent activement le slow tourisme le long de la Via Francigena, des acteurs qui vérifient régulièrement l’état des sentiers et l’efficacité du balisage. Ce sera un moment important de partage et d’échange de connaissances, avec une inscription obligatoire et une participation gratuite.

Vous souhaitez nous rejoindre ? Suivez ces 3 étapes simples :

Consultez le programme sur ce lien

Choisissez l’étape et remplissez le formulaire afin de confirmer votre présence

L’événement est possible grâce à la collaboration de la municipalité de Castiglione d’Orcia, de la municipalité de Gambassi Terme, de la municipalité de San Gimignano, de la municipalité de San Quirico d’Orcia, de Proloco Gambassi Terme et de The Gambassi Experience.

Comment devenir un partenaire de « I love Francigena » ?

  • Si vous êtes un pèlerin, vous pouvez participer à toutes les excursions en restant connecté aux canaux du FEAV (site web, médias sociaux, newsletter) et à rurAllure.eu, en nous suivant avec le hashtag #ILoveFrancigena.
  • Si vous êtes une autorité locale, une Région ou un partenaire privé, vous pouvez participer à la co-organisation de l’événement en nous contactant à l’adresse suivante : segreteria@viefrancigene.org
Catégories
News_fr

La Via Francigena est sur Netflix avec Cattelan et Sorrentino

« Merci de m’avoir permis de découvrir la Via Francigena » est la phrase avec laquelle le présentateur Alessandro Cattelan et le réalisateur oscarisé Paolo Sorrentino se saluent après une conversation sur le rapport entre bonheur et religion. En arrière-plan, on aperçoit la campagne toscane le long de la Via Francigena, tandis que quelques pèlerins de passage s’arrêtent pour les saluer.

Le parcours historique défini par Sigeric a en effet été le lieu choisi par les réalisateurs pour enregistrer le deuxième épisode de « Una semplice domanda« , une mini-série déjà disponible sur Netflix depuis le 18 mars et qui grimpe rapidement en tête des classements. Elle se développe en six épisodes avec des intervenants célèbres en Italie et à l’étranger, explorant le sens du bonheur, mais surtout où le chercher et où le trouver.

Segnaletica VF

« Est-ce que la croyance nous rend heureux ? » est la question qui nous permet d’entrer en relation avec le réalisateur d’un point de vue nouveau et particulier, en découvrant les souvenirs de ses grands-parents et arrière-grands-parents, des réminiscences à la Fellini, des règles et des interdits, des rituels, et la vie qui s’écoule devant chacun de nous dans ces derniers moments de l’existence. 

« Je suis un marcheur modéré, comme je le suis dans tout le reste« , dit Sorrentino alors que les plans vidéo d’en haut nous montrent des cyprès, un ciel bleu et des nuages – qui nous ramènent aux merveilleuses étapes que nous avons parcourues en Toscane l’été dernier, lors de la marche relais « Via Francigena. Road to Rome 2021 ». Si vous voulez vous replonger avec nous dans ces souvenirs, jetez un coup d’œil à notre galerie de photos.

Riprese Netflix sulla Francigena
Il gruppo lungo la Francigena per Netflix
Catégories
News_fr

La Mobilité va de l’avant : l’AEVF est invitée au Café Virtuel Mondial de l’université de Padoue

Interaction, connexion, partage, expérience, découverte et opportunité : ce sont les idées clés qui ont émergé le 24 février durant le Café Virtuel Mondial organisé par MOHU – centre d’études avancées en mobilités et sciences humaines de l’université de Padoue.

Une session de brainstorming avec les étudiants du programme de Master en études de mobilité, divisés en 5 groupes, qui ont partagé leurs idées avec 5 experts venant des domaines de travail les plus variés.

Parmi eux, Simona Spinola, chargée de communication de l’AEVF, a emmené son public à la découverte des itinéraires culturels sous leurs différentes formes et structures, pour réfléchir avec le groupe à la manière dont la mobilité pédestre génère des opportunités. De la découverte du patrimoine culturel à la promotion de petits villages éloignés des grands circuits touristiques, le tourisme lent est une source inépuisable de découvertes pour ceux qui choisissent la mobilité à pied ou à deux roues. La Via Francigena en est une preuve tangible, puisqu’elle relie depuis des années municipalités, institutions et associations locales pour créer une identité européenne commune.

Les classes virtuelles, animées par des professeurs du département d’histoire, de géographie et d’antiquité, ont offert un après-midi interactif d’échanges enrichissants pour toutes les parties concernées. Outre le tourisme lent et les itinéraires culturels, les participants ont discuté avec Christophe Gay, du Mobile Lives Forum, de la mobilité et de la transition durable comme nouveau mode de vie réalisable. Ils ont discuté avec Elena Muscarella, de la Fondazione Acra, de l’expérience de Migrantour, une promenade urbaine interculturelle qui compare le tourisme aux tendances migratoires. Avec Laura Ronzon, du musée national des sciences et de la technologie Leonardo da Vinci, les étudiants ont réfléchi au rôle du patrimoine scientifique et technologique, et avec Kirsten Rüther, maître de conférences dans le cadre du programme de doctorat en études culturelles mobiles de l’université de Vienne, ils ont analysé les implications de la mobilité dans la société actuelle.

Nous tenons à remercier tous les participants et, en particulier, Chiara Rabbiosi, chercheuse et experte en géographie de la consommation et du tourisme, pour avoir impliqué l’AEVF. La mobilité est une valeur à faire avancer, pas à pas, surtout le long de la Via Francigena.

Catégories
News_fr

L’AEVF participe à la conférence internationale sur les itinéraires culturels italiens du Conseil de l’Europe

Le 18 février, l’Association Européenne des chemins de la Via Francigena (AEVF) a participé à Venise à une conférence internationale sur les itinéraires culturels italiens du Conseil de l’Europe.

La rencontre était organisée par la présidence italienne du Comité des ministres du Conseil de l’Europe et par la représentation italienne du Conseil basée à Venise, dirigée par Luisella Pavan-Woolfe, ancienne ambassadrice de l’Union européenne à Strasbourg.

Des institutions, des autorités et des représentants des itinéraires culturels ont participé à l’événement avec l’objectif commun d’analyser les défis et les opportunités des itinéraires culturels qui traversent l’Europe, définis comme des « solutions tangibles pour le secteur du tourisme, compromis par la pandémie » par Filippo Maria Carnici, vice-président de l’Ateneo Veneto qui a accueilli la conférence.

Le développement durable et la relance du tourisme dans la phase post-covid sont les thèmes mis en avant par Stefano Dominioni, directeur de l’Institut européen des itinéraires culturels, qui a rappelé comment « le Conseil de l’Europe peut réaffirmer les valeurs de la participation publique et de la citoyenneté démocratique au sein d’une Europe partagée qui appartient à tous : un exemple illustre est la Via Francigena qui, grâce au travail conjoint des autorités, des municipalités et des territoires, contribue à la formation d’une identité européenne commune« .

C’est ce qu’a confirmé Massimo Tedeschi, président d’AEVF, qui a rappelé, lors de la session consacrée au patrimoine et à l’histoire de l’Europe, comment le voyage historique entrepris par Sigeric pour atteindre Rome est une occasion continue de briser les stéréotypes et de créer un sentiment d’appartenance commune : « relancer l’Europe et le patrimoine matériel et immatériel, tout comme les personnes et leurs idées. Telles étaient les pierres angulaires de l’événement Via Francigena. Road to Rome 2021 – la course relais européenne avec laquelle nous avons célébré le 20e anniversaire de l’Association« .

Le programme des itinéraires culturels, lancé par le Conseil de l’Europe en 1987 avec la Déclaration de Santiago, est une garantie d’excellence qui offre un modèle de gestion culturelle et touristique transnationale, favorisant les synergies entre les autorités et les parties prenantes au niveau européen et contribuant à la création d’un esprit communautaire. Sur les 45 itinéraires certifiés, 29 passent par l’Italie, comme l’a rappelé la directrice de l’Office de Venise Luisella Pavan-Woolfe ; elle a également souligné l’importance de Venise, centre universitaire et important pôle culturel reconnu au niveau européen. La ville participe activement aux activités du Conseil de l’Europe liées à la promotion du patrimoine culturel et à la liberté d’expression. « Les itinéraires culturels peuvent créer et contribuer à la diffusion des échanges d’idées et de bonnes pratiques également grâce aux fonds européens, comme en témoigne le projet européen « rurAllure » financé par le programme Horizon 2020, né dans le but de valoriser le patrimoine rural des itinéraires européens« .

L’identité européenne, la mémoire et le patrimoine ont été les trois mots clés de la journée, qui a vu défiler la Via Francigena et le Chemin de Saint-Jacques aux côtés de la Route des Phéniciens, la Via Romea Germanica, l’Atrium – dédié à l’architecture des régimes totalitaires – les Routes européennes de Mozart, la Route du patrimoine juif et la Route des villes thermales historiques, ainsi que la Route de la libération de l’Europe et la Route des jardins historiques. Roberta Alberotanza, membre du groupe de travail pour la Présidence italienne du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, a conclu la conférence en déclarant qu' »il faudrait une vie entière pour parcourir tous les itinéraires présentés aujourd’hui« , puis a fait visiter aux participants l’exposition mobile consacrée aux 29 itinéraires du Conseil de l’Europe avec les membres du réseau italien.